Perte surprise pour Adecco au 3e trimestre

jeudi 5 novembre 2015 09h40
 

ZURICH (Reuters) - Adecco, le numéro un mondial de l'intérim et du recrutement, a publié jeudi une perte nette inattendue de 513 millions d'euros au titre du troisième trimestre, qu'il explique par des changements de la réglementation en Allemagne et la dégradation de la conjoncture macroéconomique sur certains marchés, et qui lui vaut une lourde sanction boursière.

Le titre du groupe suisse perdait 9,2% en début de séance à 66,95 francs, l'une des plus mauvaises performances de l'indice européen Stoxx.

Le chiffre d'affaires d'Adecco a progressé de 4% en données organiques sur le trimestre juillet-septembre à 5,673 milliards d'euros, une croissance conforme à celle enregistrée aux deux premiers trimestres de l'année.

La perte nette, elle, tranche avec les estimations des analystes financiers, qui donnaient en moyenne un bénéfice de 223 millions pour le troisième trimestre.

Adecco a abaissé son objectif de marge au niveau du bénéfice avant impôt et amortissement (Ebita) à 5,2% hors exceptionnels pour 2015 alors qu'il était de 5,5% précédemment. Il s'attend en outre pour 2016 à une marge similaire à celle désormais attendue pour 2015.

"Au deuxième semestre 2015, la croissance organique de notre chiffre d'affaires reste stable mais n'accélère pas suffisamment pour atteindre l'objectif de marge d'Ebita", a déclaré le directeur général, Alain Dehaze.

Ce dernier a pris la tête du groupe en septembre après avoir piloté le retour à la croissance des activités françaises.

Les grands rivaux d'Adecco, le néerlandais Randstad et l'américain Manpower, ont fait état récemment d'une croissance du chiffre d'affaires à changes constants supérieure à celle d'Adecco, à 5% pour Randstad et 6% pour Manpower.

Le groupe suisse a précisé jeudi s'attendre à ce que la situation économique sur ses principaux marchés n'évolue pas au cours de l'année à venir.   Suite...

 
Adecco, leader mondial de l'emploi intérimaire, a surpris jeudi en annonçant une perte nette d'un demi-milliard d'euros au titre du troisième trimestre en raison d'une charge pour dépréciation liée à des changements réglementaires en Allemagne et d'un contexte moins favorable sur certains marchés. La perte nette s'est élevée à 513 millions d'euros. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann