CASA déçoit le marché dans la banque de détail et la BFI

jeudi 5 novembre 2015 10h54
 

par Julien Ponthus et Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Crédit agricole SA (CASA) est sanctionné jeudi par les investisseurs après avoir fait état de performances jugées décevantes tant dans la banque de détail que dans les activités de marché au cours du troisième trimestre.

En Bourse, l'action du véhicule coté du groupe Crédit agricole accuse la plus forte baisse de l'indice CAC 40, abandonnant 5,52% à 11,12 euros à 10h35. Au même moment, l'indice bancaire européen cède 0,09% et le CAC40 avance de 0,54%.

Au troisième trimestre, CASA a indiqué avoir dégagé un résultat net en hausse de 14,8% à 930 millions d'euros. Sur la période, son produit net bancaire a reculé de 2% tandis que ses provisions pour pertes de crédit ont augmenté de 3,5%.

"Les résultats sous-jacents sont plus faibles qu'attendu, surtout dans la banque de détail et la banque de financement et d'investissement", soulignent les analystes de Citi dans une note de recherche.

"Les chiffres sont vraiment faibles par rapport à ce que l'on espérait. Dans la gestion d'actif et la banque d'investissement, c'est clairement moins bon qu'attendu et le niveau des provisions n'est pas non plus une bonne nouvelle", relève pour sa part un trader basé à Paris.

Dans la banque de détail, le produit net bancaire a augmenté de 1,8% dans les caisses régionales entre juillet et septembre tandis qu'il a reculé de 1,8% chez LCL. Dans la banque de financement et d'investissement, les revenus ont reculé de 7,7%.

Au cours du troisième trimestre, la Société générale a aussi vu les revenus de ses activités de marché reculer, mais globalement ses résultats meilleurs que prévu ont été salués par le marché.

A l'occasion de la publication de ses résultats trimestriels, CASA n'a pas non plus été en mesure d'offrir de visibilité sur son projet de Réorganisation de l'organe central (ROC), très surveillé par les marchés.   Suite...

 
Crédit agricole SA (CASA) a dit avoir retrouvé au troisième trimestre ses niveaux de profits antérieurs à la crise de la dette souveraine de 2011 mais n'a pas pu offrir de visibilité sur son projet Réorganisation de l'organe central (ROC), très surveillé par les marchés.  Le résultat net part du groupe du troisième trimestre a progressé de 14,8% pour atteindre 930 millions d’euros. /Photo prise le 30 juillet 2015/REUTERS/Simon Newman