SocGen digitalise sa banque de détail, supprime 20% des agences

jeudi 5 novembre 2015 12h49
 

par Julien Ponthus et Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Société générale a lancé jeudi un plan de digitalisation de sa banque de détail, qui prévoit notamment la suppression de 20% de ses agences et de 2.000 emplois, ainsi qu'une montée en puissance de sa banque en ligne Boursorama.

Attendue depuis plusieurs mois par les syndicats du groupe, cette réorganisation confirme l'attrition progressive du réseau mais elle représente également un investissement de 1,5 milliard d'euros d'ici 2020, notamment dans la numérisation des processus et la sécurité.

La banque prend acte de l'utilisation grandissante du canal mobile et du fait que ses clients ne sont plus que 42% à se rendre en agence au moins une fois par mois contre 57% en 2007.

Ce changement culturel implique de "réinventer le format des agences, adapter l’approche commerciale, repenser l’accueil des clients, favoriser la 'proactivité' des conseillers clientèle" ainsi que d'adapter leur recrutement et leur formation, explique Société générale dans une présentation.

Le directeur général du groupe a réaffirmé exclure un recours aux licenciements.

"Oui il y aura des suppressions d'emplois attachées à la transformation globale mais cela ne se fera pas avec des licenciements", a souligné lors d'une conférence téléphonique Frédéric Oudéa, expliquant que les coupes seraient gérées via les départs naturels.

En dehors de l'adaptation de son réseau physique, la banque va porter l'essentiel de ses efforts sur la conquête de clients, avec un objectif ambitieux pour Boursorama, qui doit dépasser le seuil de deux millions de clients en 2020, contre 700.000 en septembre dernier.

Boursorama ne s'interdit pas non plus de devenir le partenaire que l'opérateur télécoms Orange recherche pour lancer une nouvelle banque en ligne, malgré les risques de cannibalisation de sa propre clientèle.   Suite...

 
Société générale a lancé jeudi un plan de digitalisation de sa banque de détail, qui prévoit notamment la suppression de 20% de ses agences et de 2.000 emplois, ainsi qu'une montée en puissance de sa banque en ligne Boursorama. /Photo prise le 19 mai 2015/REUTERS/Christian Hartmann