Le scandale Volkswagen pousse Berlin à tester tous les modèles

mercredi 4 novembre 2015 21h57
 

par Andreas Cremer et Caroline Copley

BERLIN (Reuters) - Le gouvernement allemand a annoncé mercredi que tous les modèles de voitures Volkswagen seraient testés pour évaluer leurs niveaux réels d'émissions polluantes, au lendemain de la révélation d'un nouveau volet du scandale qui ébranle le premier constructeur européen.

Berlin a clairement haussé le ton, exigeant du groupe automobile des explications et des mesures pour éviter de voir se répéter les erreurs passées.

Le ministre des Transports, Alexander Dobrindt, a déclaré que les dernières informations en date avaient suscité de "l'irritation" dans son ministère.

Il a annoncé que tous les modèles actuels vendus en Allemagne sous les marques VW, Audi, Skoda et Seat, équipés de moteurs diesel ou essence, seraient testés pour évaluer leurs émissions de dioxyde de carbone (CO2) et d'azote (NO2).

Le premier constructeur d'Europe a reconnu mardi qu'il avait sous-estimé les émissions de CO2 de certains modèles vendus en Europe, et donc leur consommation de carburant. L'erreur est susceptible de concerner jusqu'à 800.000 véhicules.

Cette révélation ajoute une nouvelle dimension à la crise qu'ont fait éclater mi-septembre les accusations de trucage des tests anti-pollution portées par les autorités américaines. Et pour les analystes financiers, elle menace de peser sur les ventes de voitures de Volkswagen puisque le coût d'usage des modèles concernés risque de se révéler bien supérieur à celui affiché aujourd'hui.

MOODY'S DÉGRADE LA NOTE DE VOLKSWAGEN   Suite...

 
Les autorités allemandes ont durci le ton vis-à-vis de Volkswagen mercredi, exigeant du groupe automobile des explications. Le premier constructeur d'Europe a reconnu mardi qu'il avait sous-estimé les émissions de dioxyde de carbone (CO2) de certains modèles vendus en Europe, et donc leur consommation de carburant. L'erreur est susceptible de concerner jusqu'à 800.000 véhicules. /Photo prise le 4 novembre 2015/REUTERS/Wolfgang Rattay