Nissan inquiet du poids de l'Etat dans Renault

lundi 2 novembre 2015 11h59
 

YOKOHAMA, Japon (Reuters) - Nissan Motor est préoccupé par l'influence croissante du gouvernement français au sein de son partenaire Renault, a déclaré lundi le directeur de la compétitivité du constructeur japonais, également administrateur du groupe français.

Hiroto Saikawa a précisé à des journalistes que les deux groupes avaient l'intention de renforcer leur alliance.

Ces déclarations interviennent sur fond d'intensification des luttes d'influences entre Carlos Ghosn et l'Etat français, principal actionnaire de Renault. Le PDG de Renault et de Nissan tente de rééquilibrer l'alliance, que de nombreux investisseurs jugent trop favorable au groupe français.

"Le gouvernement français a davantage voix au chapitre (dans Renault) en termes de gouvernance. Il s'agit d'un enjeu important et du point de vue de Nissan, c'est un motif d'inquiétude", a-t-il estimé en marge de la présentation des résultats trimestriels du groupe à Yokohama, au Japon.

Des sources gouvernementales et proches des deux groupes ont indiqué récemment à Reuters que le constructeur nippon avait proposé de modifier de fond en comble les termes de son alliance avec le français en montant au capital de Renault et en mettant ainsi fin à sa prépondérance héritée du montage de 2002.

Renault détient 43,4% de Nissan alors que ce dernier possédant 15% du capital du groupe français. Or le constructeur japonais représente le partenaire le plus solide de l'alliance sur le plan financier, comme le montrent encore ses derniers résultats, d'autant plus qu'une part significative du chiffre d'affaires de Renault provient des ventes de moteurs et de véhicules à son allié nippon.

Sur les neuf premiers mois de l'année, Nissan a généré un chiffre d'affaires de 9.200 milliards de yens (69,3 milliards d'euros), éclipsant les ventes de Renault, qui se sont établies à 9,34 milliards d'euros sur la même période.

Le deuxième constructeur japonais a publié lundi des résultats meilleurs que prévu au titre du trimestre juillet-septembre, le deuxième de son exercice, porté par une forte demande sur le marché nord-américain et une progression de ses ventes en Europe.

Il a relevé de 8% sa prévision de bénéfice d'exploitation pour l'exercice clos le 31 mars et vise désormais un montant de 730 milliards de yens (5,5 milliards d'euros), contre 675 milliards précédemment et 590 milliards l'année précédente.   Suite...

 
Nissan Motor est préoccupé par l'influence croissante du gouvernement français au sein de son partenaire Renault, a déclaré Hiroto Saikawa, directeur de la compétitivité du constructeur japonais, également administrateur du groupe français. /Photo d'archives/REUTERS/Yuriko Nakao