29 octobre 2015 / 17:08 / il y a 2 ans

Le CA de Renault soutenu par Nissan, Daimler et les prix

Renault a fait état jeudi d'une hausse de 9,4% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, imputable à la progression de ses ventes à ses partenaires Nissan et Daimler ainsi qu'à ses dernières nouveautés, qu'il est en mesure de vendre plus cher. /Photo prise le 21 mai 2015/Osman Orsal

PARIS (Reuters) - Renault a fait état jeudi d'une forte hausse de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, imputable pour moitié à la progression de ses ventes à ses partenaires Nissan et Daimler, mais aussi à ses dernières nouveautés, qu'il est en mesure de vendre plus cher.

Le deuxième constructeur automobile français a réalisé sur les trois derniers mois un chiffre d'affaires de 9,34 milliards d'euros, en hausse de 9,4%. Celui-ci a progressé plus vite que ses immatriculations (+1,2% à 620.525 unités), reflet de l'importance croissante des productions croisées - moteurs ou véhicules - qui sont au coeur de l'alliance entre Renault et son partenaire Nissan, dont il détient 43,4% du capital.

Les ventes aux partenaires ont ainsi contribué pour 5,2 points à la croissance du trimestre, l'impact mix produit à hauteur de 2,3 points avec une salve de nouveautés comme le crossover Kadjar et le nouvel Espace, et l'effet prix à hauteur de 2,3 points également, reflet des hausses de tarifs et de l'augmentation des ventes de versions plus haut de gamme.

En valeur, les ventes aux partenaires ont représenté 413 millions d'euros sur la période, soit un peu plus de la moitié de la hausse du chiffre d'affaires du coeur de métier automobile du groupe.

REBOND DE LA PART DE MARCHE EUROPE VU AU T4

La performance de Renault en Europe (+6,5% en volume), bien qu'inférieure à celle du marché, a éclipsé la faiblesse persistante de plusieurs des grands pays du groupe à l'international (-4,6% en volume hors d'Europe), notamment le Brésil, son deuxième marché, ou la Russie, qui donne cependant actuellement quelques signes de stabilisation, mais à un niveau très déprimé.

Au cours d'une téléconférence avec les analystes, le directeur commercial Jérôme Stoll a attribué la baisse de la part de marché du groupe en Europe à des retards de livraisons sur un marché européen plus vigoureux que prévu. "Le dernier trimestre de l'année devrait normalement nous permettre de récupérer certaines des parts de marché qui ont été perdues sur la première moitié de l'année", a-t-il ajouté.

Conséquence mécanique de la hausse des ventes en Europe et de la baisse hors du continent, la part des ventes à l'international a de nouveau reculé à 45% des ventes totales du groupe Renault, son plus bas niveau depuis cinq ans, traduisant la poursuite de l'inversion mécanique entre ces deux parties du monde.

Renault a confirmé ses objectifs 2015, le rebond observé sur le marché européen étant de nature à compenser des marchés émergents qui devraient demeurer "adverses et volatils" au quatrième trimestre. Le marché européen est ainsi attendu en hausse de 8%, le haut de la fourchette de 7 à 8% évoquée par le groupe le mois dernier au salon de l'automobile de Francfort, et le marché français escompté en progression de 5%, contre +4/+5% envisagé jusqu'ici.

Le groupe vise toujours une hausse de ses immatriculations et de son chiffre d'affaires à taux de change constants, une amélioration de sa marge opérationnelle et un free cash flow opérationnel de l'automobile positif sur l'ensemble de l'année.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below