23 octobre 2015 / 11:25 / dans 2 ans

Procter & Gamble table sur un retour à la croissance organique

Procter & Gamble fait état d'un recul de 12% de son chiffre d'affaires sur la période juillet-septembre, son septième trimestre consécutif de baisse, conséquence de la dégradation de la demande et de la vigueur du dollar. Le bénéfice net du groupe américain de produits de grande consommation a lui augmenté à 2,60 milliards de dollars contre 1,99 milliard (69 cents/action) un an auparavant. /Photo d'archives/REUTERS/John Sommers II

(Reuters) - Procter & Gamble a fait état vendredi de la plus forte baisse de son chiffre d‘affaires trimestriel en sept trimestres, conséquence de la dégradation de la demande et de la vigueur du dollar, mais son bénéfice a dépassé les attentes et le groupe s‘attend à une reprise de la croissance organique de ses ventes sur le trimestre en cours.

Ces prévisions, qui suggèrent que les efforts de restructuration des dernières années, encore marqués en juillet par la vente de 43 marques au parfumeur Coty, commencent à payer, faisaient gagner 2% à l‘action du groupe dans les transactions en avant-Bourse.

Le numéro mondial des produits d‘entretien a abaissé son objectif de chiffre d‘affaires pour l‘année 2015 et a dit s‘attendre à ce que la hausse du dollar ait un impact négatif de 5 à 6 points de pourcentage sur ses facturations, contre 4 à 5% précédemment annoncé.

“Nous prévoyons que la croissance organique des ventes sera positive au deuxième trimestre (octobre-décembre, ndlr) et qu‘elle se renforcera encore au second semestre”, a déclaré le directeur général, A.G. Lafley, cité dans un communiqué.

Les ventes en données organiques, c‘est à dire hors effets de change et changements de périmètre, ont reculé de 1% sur juillet-septembre, premier trimestre de l‘exercice fiscal en cours.

Les ventes du groupe ont accusé des reculs à deux chiffres dans toutes les catégories de produits, les segments beauté, soins pour bébé et produits de toilettage enregistrant les plus fortes baisses.

P&G, qui réalise près des deux tiers de ses ventes hors d‘Amérique du Nord, a aussi été pénalisé par la hausse de près de 13% du dollar contre un panier des devises des principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis au cours de l‘année écoulée.

Le chiffre d‘affaires est revenu à 16,53 milliards de dollars, contre 18,77 milliards au troisième trimestre de l‘an dernier.

Le bénéfice net a lui augmenté à 2,60 milliards de dollars (2,34 milliards d‘euros), soit 91 cents par action, contre 1,99 milliard (69 cents/action) un an auparavant.

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action (BPA) est ressorti à 98 cents.

Les analystes s‘attendaient en moyenne à un BPA de 95 cents et à un chiffre d‘affaires de 17,17 milliards de dollars, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

P&G s‘est recentré sur ses marques à plus fortes marges comme les produits de rasage Gillette, les couches Pampers ou les produits d‘entretien Tide alors qu‘il perd des parts de marché au profit d‘Unilever et Colgate-Palmolive et de concurrents locaux en dehors de l‘Amérique du Nord.

Yashaswini Swamynathan à Bangalore; Marc Angrand et Marc Joanny pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below