Kering entrevoit des premiers signes encourageants chez Gucci

jeudi 22 octobre 2015 21h41
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Kering, qui a vu les ventes de Gucci se stabiliser au troisième trimestre, s'est montré optimiste concernant la relance de la griffe florentine dont les nouvelles collections ont été bien accueillies par la critique.

La marque, principal centre de profit de Kering, a vu ses ventes reculer de 0,4%, en ligne avec les attentes des analystes, après un rebond de 4,6% au trimestre précédent largement imputable aux rabais effectués sur les anciennes collections de la précédente directrice artistique Frida Giannini.

Les analystes avaient largement anticipé cette baisse, les premières collections "croisière" du nouveau directeur artistique Alessandro Michele n'étant arrivées qu'à la mi-septembre et dans un nombre limité de boutiques.

"Les premiers chiffres de ventes sont très encourageants", a déclaré Jean-Marc Duplaix, directeur financier de Kering, lors d'une conférence téléphonique, précisant que la part des nouvelles collections allait augmenter au 4e trimestre mais ne devrait pas excéder la moitié des ventes.

Surtout, il a fait état d'une "forte hausse à deux chiffres" dans la maroquinerie, grâce aux nouveaux modèles de sacs, comme le Dionysus, lancés cet été.

"Les initiatives stratégiques prises par Gucci en termes d'organisation et de merchandising devrait nourrir un certain optimisme et améliorer la croissance organique au 4e trimestre", a précisé Jean-Marc Duplaix.

La marque, qui avait lourdement pâti d'un repositionnement drastique sur des produits haut de gamme qui n'était pas en phase avec sa clientèle, d'un manque de créativité et de magasins peu attractifs, a repensé son offre de maroquinerie.

Elle retrouve les vertus de son logo tout en offrant des produits nouveaux allant de 900 à 2.500 euros, un positionnement jugé "très satisfaisant" et qui sera encore davantage étoffé.   Suite...

 
Kering, qui a vu les ventes de Gucci se stabiliser au troisième trimestre, s'est montré optimiste concernant la relance de la griffe florentine dont les nouvelles collections ont été bien accueillies par la critique. La marque, principal centre de profit de Kering, a vu ses ventes reculer de 0,4%, en ligne avec les attentes des analystes, après un rebond de 4,6% au trimestre précédent largement imputable aux rabais effectués sur les anciennes collections. /Photo d'archives/REUTERS/Alex Lee