AccorHotels prépare de nouvelles recettes face à Airbnb

jeudi 22 octobre 2015 15h18
 

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - AccorHotels a lancé la refonte de sa division restauration, un nouveau chantier après ceux du numérique et de la restructuration du portefeuille immobilier qui doit permettre au groupe de redresser ses marges et de mieux résister à la concurrence du site de réservation en ligne Airbnb.

La restauration compte pour 25% du volume d'affaires du numéro quatre mondial de l'hôtellerie (soit environ 3,0 milliards d'euros) dont les enseignes vont du segment économique (Ibis) au luxe (Sofitel) en passant par Mercure ou Novotel.

"Il s'agit d'un plan à moyen terme, qui vise à faire du 'food & beverage' (F&B) la vitrine d'AccorHotels" a déclaré à Reuters Amir Nahai, nommé début septembre au poste de directeur général des activités de restauration ainsi qu'au comité exécutif du groupe.

Compte-tenu de son poids, le F&B "constitue à l'évidence un levier important en matière de résultats", a-t-il observé.

Si le groupe ne donne pas de chiffres sur les rentabilités respectives de l'hôtellerie et de la restauration, les analystes s'accordent à dire que la deuxième rogne les marges de la première.

Selon les estimations du cabinet KPMG, la marge brute d'un restaurant d'hôtel oscille entre 25% et 30% (autour de 20% pour un restaurant gastronomique aux coûts fixes plus élevés) pendant que celle de l'hôtellerie atteint 70% à 80%.

Comme ses concurrents InterContinental et Marriott, AccorHotels veut, grâce à la restauration, non seulement fidéliser la clientèle de ses hôtels mais surtout attirer les nouvelles générations ultra-connectées et conquises par les plates-formes de partage.

  Suite...

 
AccorHotels a lancé la refonte de sa division restauration, un nouveau chantier après ceux du numérique et de la restructuration du portefeuille immobilier qui doit permettre au groupe de redresser ses marges et de mieux résister à la concurrence du site de réservation en ligne Airbnb. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen