Publicis abaisse ses prévisions de croissance pour 2015

jeudi 22 octobre 2015 08h13
 

par Joseph Sotinel et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Publicis a fait état jeudi d'une croissance organique particulièrement faible au troisième trimestre, liée à une activité plus faible qu'attendue aux Etats-Unis, poussant le groupe publicitaire à revoir ses perspectives de croissance organique sur l'année à la baisse, de 2,5% à 1%.

Alors que le troisième groupe publicitaire mondial comptait sur une croissance plus forte au troisième trimestre, Publicis a connu un mois de septembre à croissance nulle, pour une croissance organique de 0,7% au troisième trimestre, et de 1% depuis le début de l'année.

Les analystes prévoyaient une croissance organique trimestrielle de 2,1%, selon un consensus fourni par l'entreprise.

Lors de ses résultats semestriels, le groupe avait déjà abaissé sa prévision de croissance de 3% à 2,5%, citant la faiblesse de la demande au Royaume-Uni et en Amérique latine mais affirmant que le deuxième semestre serait meilleur que le premier.

Le président du directoire, Maurice Lévy, s'est refusé à expliquer la chute par une solution unique. "Ces décalages et ces coupes viennent de trois secteurs très diversifiés, des pharmaceutiques, de l'automobile et des produits de consommation", a-t-il détaillé devant des journalistes, avant d'ajouter: "Nous n'avons pas perdu de gros budget".

Le concurrent de Publicis, l'américain Omnicom a publié une croissance organique de 6,3% en Amérique du Nord au troisième trimestre.

Selon Maurice Lévy, ce décalage s'explique en partie par le nombre de contrats numériques passés par Publicis, et qui sont particulièrement susceptibles d'être décalés.

Le chiffre d'affaires au troisième trimestre est de 2,33 milliards d'euros. Le groupe maintient ses autres objectifs pour l'année, avec une croissance à deux chiffres de son chiffre d'affaires, de sa marge opérationnelle et de son bénéfice net courant par action, avec un cash flow libre avant variation du besoin en fonds de roulement supérieur à un milliard d'euros.   Suite...

 
Maurice Levy, président du directoire de Publicis. Le troisième groupe publicitaire mondial affiche une croissance organique particulièrement faible au troisième trimestre, liée à une activité plus réduite qu'attendue aux Etats-Unis. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes