Les acteurs locaux posent des exigences pour l'aéroport de Nice

mardi 20 octobre 2015 18h51
 

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Les acteurs locaux de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, actionnaires à 40% de l'aéroport de Nice, veulent que ses futurs repreneurs s'engagent à rester entre six et dix ans au capital du premier aéroport régional français.

Alors que le gouvernement peaufine le cahier des charges en vue de la privatisation de l'aéroport, ils souhaitent aussi que les décisions stratégiques concernant l'avenir de Nice-Côte d'Azur soient prises à une majorité qualifiée, a déclaré mardi lors d'une interview à Reuters Bernard Kleynhoff, le président de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Nice.

Comme le prévoit la loi Macron pour la croissance et l'activité promulguée début août, le gouvernement a décidé de mettre en vente ses participations de 60% au capital des aéroports de Lyon et de Nice, détenus à 25% par les CCI locales.

Ces deux privatisations interviennent après la cession, en fin d'année dernière et pour 308 millions d'euros, de 49,9% du capital de l'aéroport de Toulouse-Blagnac au consortium chinois Symbiose, dont la candidature avait provoqué une vive polémique parmi les élus locaux.

Le gouvernement en a tiré les leçons et a pris soin d'associer les acteurs locaux plus en amont pour les opérations à Nice et Lyon.

"Nous avons demandé que les décisions stratégiques qui concernent l'avenir de cet aéroport (Nice, NDLR) soient prises au travers d'une majorité qualifiée", déclare Bernard Kleynhoff.

Cette majorité, qui permettra aux actionnaires locaux d'être associés aux grandes décisions, peut prendre selon lui plusieurs formes: majorité des 2/3 classique, majorité des 2/3 avec droits de vote doubles pour les actionnaires historiques ou encore majorité de 75%.

Bernard Kleynhoff explique en outre que les acteurs locaux ont demandé que les repreneurs s'engagent à rester au moins 10 ans au capital de l'aéroport de Nice, alors que le ministère de l'Economie souhaite une période plus restreinte de six à sept ans.   Suite...

 
Les acteurs locaux de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, actionnaires à 40% de l'aéroport de Nice, veulent que ses futurs repreneurs s'engagent à rester entre six et dix ans au capital du premier aéroport régional français. Le gouvernement a décidé de mettre en vente sa participation de 60% au capital de l'aéroport de Nice. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard