Patrick Pouyanné, un an à la barre de Total sur une mer agitée

mardi 20 octobre 2015 11h52
 

par Bate Felix

PARIS (Reuters) - Lorsque Patrick Pouyanné a passé en revue les présentations de Total destinées aux investisseurs, le mois dernier à Londres, il a demandé aux cadres du groupe d'en retirer tous les détails superflus et d'aller directement à l'essentiel.

"Les investisseurs veulent entendre parler cash-flow et dividende, cash-flow et dividende, cash-flow et dividende, et rien d'autre", leur a dit en substance le directeur général de Total, selon des propos rapportés à Reuters.

A 52 ans, le dirigeant est décrit comme audacieux, impétueux, vif d'esprit, pragmatique et franc-tireur, exactement ce dont le groupe pétrolier avait besoin dans un contexte de prix du brut déprimés, selon de nombreux observateurs.

Ce polytechnicien et ingénieur du corps des Mines a pris la tête de la deuxième capitalisation boursière française il y a un an après la mort de son prédécesseur Christophe de Margerie dans un accident d'avion à Moscou au soir du 20 octobre 2014.

Depuis, les prix du pétrole ont chuté de 60% en raison d'une offre excédentaire et d'une faible demande, contraignant les compagnies pétrolières à réduire leurs coûts, vendre des actifs et annuler les projets trop coûteux.

"Patrick Pouyanné ne tourne pas autour du pot, il est très direct", a déclaré à Reuters une source proche de Total. "Il a un esprit très vif, il aime que les choses soient simples et il peut rendre compréhensibles pour tout le monde des choses complexes."

Selon Jean Alessandri, représentant CFTC du comité central d'entreprise au conseil d'administration de Total, "Pouyanné n'a pas les rondeurs qu'avait de Margerie, il répond du tac au tac et il est beaucoup plus ferme, mais ce n'est pas un méchant, ni un dur, il ne cherche pas à tuer pour tuer".

  Suite...

 
Tandis que Christophe de Margerie était considéré comme un bon vivant qui donnait des réponses sinueuses, Patrick Pouyanné, qui a pris ses fonctions à la tête de Total depuis un an, est perçu comme plus direct et davantage concentré sur les tâches à accomplir. /Photo prise le 16 octobre 2015/REUTERS/Jacky Naegelen