AccorHotels progresse en Europe mais décroche au Brésil

mercredi 14 octobre 2015 19h47
 

PARIS (Reuters) - AccorHotels a dégagé une croissance organique de 3,4% au troisième trimestre, de solides performances en Europe ayant permis de compenser une stabilité de ses activités en France et un décrochage au Brésil, son quatrième marché.

Le chiffre d'affaires du numéro un européen de l'hôtellerie a atteint 1,49 milliard d'euros (+2,4% en données publiées), un chiffre inférieur aux attentes des analystes (1,54 milliard d'euros).

A périmètre et changes constants, la hausse est ressortie à 3,4%, après une progression de 4,1% au premier semestre et de 2,9% sur le seul deuxième trimestre.

Le groupe aux 14 enseignes (Ibis, Novotel, Mercure ou Sofitel), bien que présent dans 94 pays dans le monde, reste très exposé à l'Europe, où il réalise encore 75% de ses résultats.

En France (30% des ventes), le chiffre d'affaires a grappillé 1% à données comparables, de bonnes performances dans le haut de gamme et le luxe ayant été contrebalancées par les difficultés du segment économique (38% du chiffre d'affaires) toujours plombé par la baisse de la fréquentation des hôtels F1.

"F1 peine à trouver sa demande", a indiqué Sébastien Valentin, directeur de la communication financière du groupe, lors d'une conférence téléphonique.

Différentes options sont envisagées pour l'avenir de l'enseigne, a-t-il dit, précisant qu'une cession "n'était pas privilégiée".

En Allemagne, deuxième marché du groupe, la hausse a été de 2,4%, tandis qu'elle a atteint 6,3% au Royaume-Uni.

Le groupe a également dégagé une solide performance dans la zone Afrique-Moyen Orient, avec une progression de 10,0% à données comparables.   Suite...

 
Sébastien Bazin, PDG d'AccorHotels. Le numéro un européen de l'hôtellerie a fait état d'une croissance organique de 3,4% au troisième trimestre, portée par de bonnes performances en Europe du Nord, tandis que la demande en France est restée atone et que le groupe a pâti d'une forte dégradation de ses activités au Brésil.  /Photo prise le 28 avril 2015/REUTERS/Benoît Tessier