October 12, 2015 / 10:35 PM / 2 years ago

Enquête US sur de supposées pratiques illicites d'AB InBev

2 MINUTES DE LECTURE

Le ministère américain de la Justice étudie des accusations portées contre Anheuser Busch InBev selon lesquelles le premier brasseur mondial empêche l'émergence de concurrents en rachetant des distributeurs, ce qui met des bâtons dans les roues des producteurs de bière artisanale. /Photo d'archives/Jan Van De Vel

WASHINGTON (Reuters) - Le ministère américain de la Justice étudie des accusations portées contre Anheuser Busch InBev selon lesquelles le premier brasseur mondial empêche l'émergence de concurrents en rachetant des distributeurs, ce qui met des bâtons dans les roues des producteurs de bière artisanale, apprend-on de trois sources proches du dossier.

Au cours des derniers mois, AB InBev a mis la main sur cinq distributeurs dans trois Etats américains. Nombre d'Etats exigent que les brasseurs passent par un distributeur pour écouler leurs produits.

Une fois qu'un tel intermédiaire est passé dans le giron d'AB InBev, les brasseurs artisanaux disent qu'ils ne peuvent plus distribuer leurs produits aussi facilement qu'auparavant, ce qui se brise l'élan de croissance de leurs ventes.

Les brasseurs artisanaux, qui fabriquent toute une varieté de bières -- de la blonde classique à des bières aromatisées au potiron ou à la framboise -- ont le vent en poupe aux Etats-Unis, où le marché de la bière dans son ensemble est plutôt morose. Alors que les ventes totales de bières ont augmenté de 0,5%, celles des seules bières artisanales ont bondi de 17,6% pour arriver à une part de marché de 11% dans le pays.

Les autorités de la concurrence passent également en revue les affirmations de certains brasseurs artisanaux disant qu'AB InBev contraint des distributeurs indépendants à ne proposer que les marques du brasseur belge, ont ajouté deux des sources.

Même si l'enquête du ministère de la Justice n'en est qu'à un stade préliminaire, elle intervient à un moment où AB InBev tente de racheter SABMiller, le numéro deux mondial de la bière, dans le cadre d'une transaction de 67 milliards de livres (90,4 milliards d'euros).

Ni le ministère de la Justice ni AB InBev n'ont donné suité à une demande de commentaire.

Diane Bartz, Benoît Van Overstraeten pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below