ADP va s'endetter pour moderniser ses terminaux d'ici 2020

lundi 12 octobre 2015 19h31
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Aéroports de Paris a annoncé lundi viser d'ici 2020 une forte hausse de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) et de son endettement, en investissant massivement pour moderniser ses terminaux tout en augmentant les recettes de ses boutiques.

L'opérateur des aéroports de Roissy et d'Orly, qui table sur une poursuite de la croissance du trafic aérien à l'international, compte investir 3,1 milliards d'euros dans le cadre de son nouveau contrat de régulation économique (CRE) signé en juillet avec l'Etat, contre deux milliards en 2011-2015.

Le plan stratégique "Connect 2020" d'ADP se fixe pour principaux objectifs un bond de 30 à 40% de son Ebitda en 2020 comparé à 2014, avec une dette nette du groupe qui pourrait se creuser jusqu'à 5,3 milliards d'euros en 2020, contre 2,8 milliards en 2015.

Du côté des recettes, ADP vise un chiffre d'affaires par passager dans ses boutiques côté pistes à 23 euros contre 18,2 euros en 2014 et une hausse des loyers externes de ses activités immobilières comprise entre 10 et 15% entre 2014 et 2020.

Les capacités des terminaux d'ADP seront totalement utilisées en 2020, nécessitant alors un nouveau terminal à Roissy, a par ailleurs indiqué le directeur financier du groupe, Edward Arkwright, lors d'une conférence téléphonique.

Pour différer le plus possible la construction de ce nouveau terminal, ADP va optimiser ses infrastructures existantes pour absorber la hausse du trafic prévue, en particulier à l'international, a-t-il expliqué.

ADP table sur une croissance annuelle moyenne de 2,5% de son trafic sur la période, avec une pointe à 3,6% à l'international, où le "hub" de Roissy va devoir se battre avec d'autres aéroports européens pour attirer les passagers en correspondance, contre une croissance moyenne de 2,8% en 2011-2015.

"On reste trop cher sur le trafic international", a reconnu Edward Arkwright concernant les tarifs d'ADP, qui vise une baisse de 8% de son coût par passager entre 2015 et 2020.   Suite...

 
ADP a annoncé lundi revoir à la hausse ses prévisions de trafic 2015 sur la base de la dynamique enregistrée depuis le début de l'année avec une nouvelle prévision supérieure ou égale à 3,0%. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau