Air France pourrait céder du terrain aux concurrents et à KLM

jeudi 8 octobre 2015 17h24
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - En réduisant son réseau long-courrier, Air France risque d'affaiblir son "hub" de Paris au profit de concurrentes étrangères et devrait voir une partie de l'activité du groupe Air France-KLM glisser vers KLM à Amsterdam, estiment des sources industrielles, syndicales et gouvernementales.

La compagnie nationale française, paralysée par son bras de fer avec ses pilotes, a lancé lundi un "plan B" radical visant à réduire de 10% d'ici 2017 son pôle long-courrier, dont la moitié des lignes perdent de l'argent, au cours d'un comité central d'entreprise (CCE) interrompu par des violences.

La cure d'austérité imposée par Air France à son personnel après l'échec des négociations avec ses navigants pourrait s'accompagner de départs contraints, pour la première fois depuis les années 1990, parmi les 2.900 suppressions de postes prévues d'ici 2017.

Air France s'inspire des réductions de réseaux et de coûts effectués par d'autres concurrentes européennes comme British Airways (groupe IAG), mais après la crise de 2008, quand les autres compagnies réduisaient elles aussi leurs capacités, ce qui n'est plus le cas actuellement.

"On craint que l'attrition amène de l'attrition et que ce soit une spirale infernale vers la mort de notre compagnie", estime Flore Arrighi, présidente du syndicat d'hôtesses et stewards Unac d'Air France.

Pour Gerald Khoo, analyste chez Liberum, la suppression de 35 fréquences hebdomadaires et la fermeture de cinq lignes seront loin d'être suffisantes et n'empêcheront pas une nouvelle réduction de voilure.

"Quand j'ai accepté de diriger cette entreprise, ce n'était sûrement pas pour la voir passer en seconde division", a cependant assuré lundi à la presse le PDG d'Air France Frédéric Gagey.

Mais au sein d'Air France-KLM, la sortie de 14 avions de la flotte long-courrier d'Air France prévue d'ici 2017, alors qu'aucune mesure similaire n'est prévue chez KLM, remettra de facto en cause l'équilibre scellé lors du mariage entre les deux compagnies en 2004.   Suite...

 
En réduisant son réseau long-courrier, Air France risque d'affaiblir son "hub" de Paris au profit de concurrentes étrangères et devrait voir une partie de l'activité du groupe Air France-KLM glisser vers KLM à Amsterdam, selon des sources industrielles, syndicales et gouvernementales. /Photo prise le 11 septembre 2015/REUTERS/Mike Segar