Le FMI revoit à son tour en baisse ses prévisions pour 2015/2016

mardi 6 octobre 2015 22h44
 

PARIS (Reuters) - Le Fonds monétaire international a revu à son tour en baisse ses prévisions de croissance mondiale du fait de perspectives plus défavorables pour les grandes économies émergentes, Brésil et Russie en tête, et les pays exportateurs de pétrole sur fond de déprime des cours des matières premières.

Dans ses perspectives économiques publiées mardi, le FMI estime aussi que les risques de dégradation supplémentaire "semblent plus prononcés qu'il y a quelques mois".

Les économistes du Fonds ne tablent plus que sur 3,1% de croissance dans le monde cette année et 3,6% en 2016, soit dans les deux cas 0,2 point de moins que dans leur évaluation intermédiaire de juillet.

Le mois dernier, l'OCDE avait lui aussi revu à la baisse ses prévisions pour 2015 et 2016 à respectivement 3,0% et 3,6% après 3,4% en 2014.

S'agissant des économies avancées, le FMI est un peu plus optimiste pour les Etats-Unis cette année (+0,1 point à 2,6%) mais sensiblement moins pour 2016 (-0,2 point à 2,8%). Il abaisse aussi de 0,2 point ses anticipations pour le Japon (-0,2 point à 0,6% en 2015 et 1,0% en 2016).

Il ne modifie qu'à la marge ses prévisions pour la zone euro - 1,5% en 2015 (inchangé) et 1,6% en 2016 (-0,1 point) - et ne change rien pour la France (1,2% en 2015 puis 1,5% en 2016).

Pour les pays émergents, il en reste à 6,8% cette année et 6,3% l'an prochain pour la Chine, des niveaux sur lesquels il s'est calé depuis début 2015.

La dégradation de 0,2 point de la croissance attendue dans les pays émergents (à 4,0% en 2015 et 4,5% en 2016) est largement due à la Russie, au Brésil et à l'Afrique du Sud avec le recul des prix du pétrole et des produits de base.

  Suite...

 
Le Fonds monétaire international a revu à son tour en baisse ses prévisions de croissance mondiale du fait de perspectives plus défavorables pour les grandes économies émergentes, notamment le Brésil, la Russie et l'Afrique du Sud (photo), ainsi que pour les pays exportateurs de pétrole, sur fond de déprime des cours des matières premières. /Photo prise le 31 août 2015/REUTERS/Mike Hutchings