Volkswagen prévient que l'enquête sur le scandale sera longue

jeudi 1 octobre 2015 17h54
 

par Andreas Cremer

BERLIN (Reuters) - Volkswagen a prévenu jeudi que plusieurs mois seraient nécessaires pour mener à bien l'enquête sur la manipulation des tests des émissions polluantes de ses véhicules diesels, un scandale dont les répercussions financières pourraient menacer la note de crédit du constructeur.

Le comité exécutif du conseil de surveillance du groupe allemand, qui a décidé de reporter l'assemblée générale extraordinaire des actionnaires prévue le 9 novembre, a fait savoir en outre que l'entreprise dévoilerait dès la semaine prochaine des solutions techniques au problème auquel elle est confrontée.

Volkswagen a annoncé mardi qu'il préparait des mesures pour modifier les moteurs diesels équipés du logiciel incriminé, ce qui pourrait ouvrir la voie au rappel de 11 millions de voitures à travers le monde.

Le conseil a annoncé officiellement jeudi l'arrivée du directeur financier Hans Dieter Pötsch à la présidence du conseil de surveillance, que quitte Julia Kuhn-Piëch.

Le conseil a également proposé la désignation de Frank Witter, patron des activités financières de Volkswagen, au poste de directeur financier du groupe en remplacement de Hans Dieter Pötsch.

Le conseil de surveillance du constructeur s'est réuni pour discuter des moyens de renforcer les finances du groupe mais n'a pas évoqué la possibilité de céder des actifs ou des marques, ont déclaré à Reuters deux sources proches du conseil.

Selon les sources, le conseil s'inquiète d'une éventuelle dégradation de la note du groupe, qui entraînerait une hausse des coûts d'emprunt et affecterait sa capacité à regagner la confiance des investisseurs.

Lever des capitaux en vendant des actions deviendrait une option probable si les coûts du scandale dépassaient un "niveau critique", a déclaré l'une des sources.   Suite...

 
Siège de Volkswagen à Wolfsburg. Le groupe allemand a prévenu jeudi que plusieurs mois seraient nécessaires pour mener à bien l'enquête sur la manipulation des tests des émissions polluantes de ses véhicules diesels, un scandale dont les répercussions financières pourraient menacer la note de crédit du constructeur. /Photo prise le 22 septembre 2015/REUTERS/Axel Schmidt