29 septembre 2015 / 06:34 / il y a 2 ans

GM mise sur la connectivité, l'autopartage et les services

DETROIT (Reuters) - General Motors veut amplifier l‘impact de la connectivité embarquée dans ses voitures, développer des services d‘autopartage, offrir des fonctions de conduite autonome et permettre l‘accès à certains services par le biais des “smartphones”, a déclaré sa directrice générale, Mary Barra.

General Motors veut amplifier l'impact de la connectivité embarquée dans ses voitures, développer des services d'autopartage, offrir des fonctions de conduite autonome et permettre l'accès à certains services par le biais des "smartphones", a déclaré sa directrice générale, Mary Barra.. /Photo prise le 24 juin 2015/REUTERS/Rebecca Cook

“Notre objectif est de provoquer nous-mêmes une rupture et de porter la relation avec le client au-delà de la voiture”, a-t-elle dit lundi lors d‘un entretien réalisé à l‘avant-veille d‘une importante réunion avec des analystes et des investisseurs.

L‘utilisation des technologies embarquées pourrait par exemple, a-t-elle expliqué, permettre au conducteur d‘une Chevrolet Malibu qui prendrait le volant d‘une Cadillac CTS d‘importer sur celle-ci ses préférences de conduite et de confort via son smartphone.

La connectivité et les applications développées par GM doivent aussi aider le constructeur à comprendre ce que ses clients font de leur voiture et comment ils intègrent des technologies ou des fonctions nouvelles, comme le freinage automatique ou la conduite mains libres sur autoroute, a dit Mary Barra.

Alors qu‘Apple et Google cherchent à s‘implanter sur le marché automobile, notamment via des logiciels, “nous avons la plate-forme” du véhicule lui-même, a souligné Mary Barra.

GM a entre autres travaillé à installer des connexions à haut débit 4F LTE dans ses voitures.

“Nous avons vendu plus de véhicules connectés en 4G LTE en trois jours en juin que le reste du secteur sur l‘ensemble du premier semestre”, a dit Phil Abram, directeur de GM pour la connectivité, dans un entretien séparé.

Le groupe estime que sur la période 2014-2018, il réalisera un bénéfice avant impôt et charges financières de 350 millions de dollars environ dans les services liés à la connectivité.

Mary Barra a par ailleurs confirmé prévoir une marge de 9% à 10% en Chine, le retour à l‘équilibre financier en Europe en 2016 et l‘achèvement du plan de rachats d‘actions de cinq milliards de dollars d‘ici la fin de l‘an prochain.

“Nous pensons que le marché n‘apprécie pas encore à sa juste valeur les progrès qu‘a réalisés GM”, a commenté Brian Johnson, analyste de Barclays. Mais il ajoute que s‘il accueille favorablement les initiatives du groupe dans le domaine de la conduite autonome et de la mobilité, “nous ne sommes pas certains que cela fera bouger le curseur en terme de cours de l‘action.”

En Bourse, le titre GM se traite actuellement environ 12% en dessous de son prix d‘introduction de 33 dollars, en dépit des promesses de Mary Barra de distribuer 10 milliards de dollars aux actionnaires sous formes de dividendes et de rachats de titres d‘ici fin 2016.

Joseph White et Paul Lienert, Marc Angrand pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below