La route s'annonce semée d'obstacles pour Müller chez Volkswagen

dimanche 27 septembre 2015 18h31
 

par Andreas Cremer

WOLFSBURG (Reuters) - Volkswagen sait déjà qu'une nouvelle équipe dirigeante et la refonte de ses structures ne suffiront pas à le remettre sur le droit chemin après le scandale mondial de la tricherie aux tests anti-pollution.

Au-delà des décisions adoptées vendredi par le conseil de surveillance, les dirigeants, les salariés, les clients et les actionnaires du groupe s'efforcent de deviner quelles seront les prochaines étapes de son calvaire.

Matthias Müller, le nouveau président du directoire, doit tenter de résoudre simultanément plusieurs problèmes, dont certains étaient déjà clairement posés avant l'affaire des moteurs diesel et risquent désormais de s'aggraver.

La dégradation de la rentabilité de la marque VW n'est pas le moindre d'entre eux mais dans l'immédiat, la priorité sera d'apaiser le scandale du truquage des tests d'émissions polluantes aux Etats-Unis, dont l'impact potentiel a été comparé à celui de la marée noire de 2010 pour le géant pétrolier BP.

De ce point de vue, Volkswagen pourrait commencer par opter pour la contrition publique en lançant une vaste campagne publicitaire sur le marché américain, estime un dirigeant du groupe, qui a requis l'anonymat.

"L'humilité doit être le maître mot", a-t-il dit.

VW a mandaté un cabinet juridique américain pour mener une enquête indépendante, une tactique de gestion de crise déjà adoptée dans le passé par de grandes multinationales comme General Motors ou News Corp.

Le temps presse: les procédures judiciaires, les enquêtes officielles, les demandes d'indemnisation et de rappels de véhicules se multiplient déjà et leur coût global pourrait vite excéder les 6,5 milliards d'euros prévus par le groupe.   Suite...

 
Volkswagen sait déjà qu'une nouvelle équipe dirigeante et la refonte de ses structures ne suffiront pas à le remettre sur le droit chemin après le scandale mondial de la tricherie aux tests anti-pollution. Matthias Müller, le nouveau président du directoire, doit tenter de résoudre simultanément plusieurs problèmes, dont la dégradation de la rentabilité de la marque VW, qui étaient déjà clairement posés avant l'affaire des moteurs diesel. /Photo prise le 25 septembre 2015/REUTERS/Fabian Bimmer