24 septembre 2015 / 16:48 / il y a 2 ans

Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS

PARIS (Reuters) - Les valeurs suivies à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 a clôturé en baisse de 1,93% à 4.347,24 points, plombée par le secteur automobile, toujours pris dans la tourmente du scandale Volkswagen (+0,58%).

* Le secteur AUTOMOBILE a accru ses pertes (-3,3%).

Dans ce contexte, alors que la France va procéder à des tests aléatoires des autos, PSA a chuté de 3,67% à 13,005 euros et RENAULT a perdu 1,80% à 63,83 euros. Parmi les équipementiers, MONTUPET (-8,61% à 52,25 euros) a signé la plus forte baisse du SBF 120, FAURECIA a abandonné 3,47% à 27,245 euros et PLASTIC OMNIUM 3,33% à 20,16 euros.

* Le secteur de la CONSTRUCTION (-3,1%) a affiché la troisième plus forte baisse sectorielle en Europe, Credit Suisse et Morgan Stanley ayant réaffirmé leur scepticisme quant à une prochaine vraie reprise du BTP.

SAINT-GOBAIN a perdu 4,14% à 37,595 euros, LAFARGEHOLCIM 3,29% à 46,075 euros et VINCI 2,85% à 55,82 euros.

* Les valeurs très exposées à la Chine, ont également été chahutées, sur fond de retour, selon plusieurs analystes, des craintes d'une accentuation du ralentissement économique chinois.

* Les valeurs liées aux MATIERES DE BASE (-3,56%), comme ARCELORMITTAL (-2,92% à 5,117 euros) et APERAM (-4,76% à 24,51 euros), ont dévissé.

* Les valeurs PÉTROLIÈRES (-2,8%) ont en outre été touchées par un rebond des stocks de brut américain, qui pourrait accentuer la pression sur les prix. TECHNIP a reculé de 3,25% à 41,17 euros, tandis que MAUREL ET PROM et CGG ont perdu respectivement 4,75% à 3,169 euros et 4,45% à 3,457 euros.

* Les valeurs du LUXE ont également été sanctionnées. KERING a perdu 4,69% à 139,05 euros et LVMH 2,41% à 144,05 euros.

* EDF a reculé de 3,57% à 15,52 euros. HSBC a abaissé son conseil de "conserver" à "alléger" sur la valeur, notant qu'EDF devra désormais consolider dans ses comptes l'investissement des EPR du projet britannique Hinkley Point. Avec un endettement accru, des cessions prévues pour compenser l'impact de Hinkley Point et des conditions de marché difficiles, un dividende de 1,25 euro par action semble intenable, estime HSBC.

* REXEL a chuté de 4,60% à 11,10 euros. UBS, qui reste à l'achat sur la valeur mais abaisse son objectif de cours de 19,5 euros à 16 euros, estime que le numéro un mondial de la distribution de matériel électrique pourrait ne pas être très exposé au ralentissement de la Chine et des pays émergents, mais est indirectement impacté par la baisse des prix du cuivre et du pétrole.

Dans son sillage, NEXANS a chuté de 5,65% à 30,285 euros.

Contre la tendance, les valeurs IMMOBILIÈRES résistent. Société générale estime que le secteur a encore de beaux jours devant lui et dispose d'un potentiel de hausse de 22% à 12 mois.

UNIBAIL RODAMCO (+0,38% à 225,85 euros) a signé la seule hausse du CAC 40. FONCIÈRE DES REGIONS (+1,26% à 76,17 euros) et MERCIALYS (+0,13% 18,75 euros) se sont inscrites parmi les rares hausses du SBF 120.

Raphaël Bloch, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below