Les investisseurs vont-ils revivre avec VW le cauchemar BP ?

mercredi 23 septembre 2015 19h54
 

par Sudip Kar-Gupta et Vikram Subhedar

LONDRES (Reuters) - La dégringolade de Volkswagen en Bourse n'est pas sans rappeler celle d'autres grandes valeurs vedettes soudainement plongées au coeur d'un scandale ou d'une catastrophe imprévue, à l'instar de BP avec la marée noire dans le golfe du Mexique provoquée par l'explosion d'une plate-forme pétrolière en avril 2010.

L'ampleur et la rapidité de la chute peuvent pousser des investisseurs à se positionner sur le titre dans l'espoir d'un rebond, qui est toutefois rarement rapide quand il se produit.

L'action Volkswagen a chuté de près de 30% depuis la révélation en fin de semaine dernière des accusations de tromperie sur les tests d'émission de ses véhicules diesel aux Etats-Unis, qui exposent le constructeur à des amendes pouvant atteindre 18 milliards de dollars (16,1 milliards d'euros).

Certains gérants de portefeuille traditionnels, qui investissent avec un horizon de placement de deux à trois ans voire plus, estiment que l'action VW a déjà tellement baissé qu'elle ne peut que rebondir à l'avenir.

Tout en reconnaissant que la situation chez VW est grave, les analystes de Bernetin estiment dans une note que "la réalité est que VW se remettra." D'autres sont plus prudents et Deutsche Bank a qualifié la situation de "cauchemar pour les investisseurs."

Beaucoup de ceux qui avaient acheté des titres BP peu après leur décrochage dans la foulée de l'explosion de la plate-forme Deepwater Horizon en ont été pour leurs frais. Le titre s'est certes repris par rapport à ses plus bas mais il n'a jamais retrouvé ses niveaux d'avant la catastrophe, se traitant en moyenne 30% en dessous.

"Je me suis brûlé les doigts avec BP en 2010 parce que je l'ai d'abord acheté sur les plus bas. Aussi avec Volkswagen, je recommanderais d'être vendeur et de vendre à chaque fois que le titre se reprend", a dit Basil Petrides, vendeur actions chez Beaufort Securities.

Les coûts juridiques auxquels BP était exposé aux Etats-Unis constituaient l'une des incertitudes majeures mais beaucoup d'analystes avaient alors estimé que le plongeon de l'action représentait une bonne opportunité d'achat.   Suite...

 
La dégringolade de Volkswagen en Bourse n'est pas sans rappeler celle d'autres grandes valeurs vedettes soudainement plongées au coeur d'un scandale ou d'une catastrophe imprévue, à l'instar de BP avec la marée noire dans le golfe du Mexique provoquée par l'explosion d'une plate-forme pétrolière en avril 2010. L'ampleur et la rapidité de la chute peuvent pousser des investisseurs à se positionner sur le titre dans l'espoir d'un rebond, qui est toutefois rarement rapide quand il se produit.  /Photo prise le 21 septembre 2015/REUTERS/Ralph Orlowski