Lufthansa se réorganise et en attend 500 millions d'euros

mercredi 16 septembre 2015 18h49
 

ESSEN, Allemagne (Reuters) - Les bénéfices annuels de Lufthansa se gonfleront de 500 millions d'euros à terme grâce à une réorganisation qui aura notamment pour effet de simplifier l'organigramme et de donner à la filiale à bas coûts Eurowings un nouveau patron.

La compagnie aérienne allemande veut développer ses opérations "low cost" sur les lignes courtes en Europe pour résister à des concurrents tels que Ryanair et easyJet.

L'offensive de Lufthansa pour réduire les coûts se heurte à la résistance du syndicat des pilotes Vereinigung Cockpit (VC) qui redoute des pertes d'emplois résultant de nouveaux contrats de travail et une détérioration des conditions de travail de ses membres.

La direction de la compagnie aérienne doit rencontrer le syndicat jeudi pour discuter des modalités des pré-retraites.

Malgré les nombreuses grèves qui ont coûté une centaine de millions d'euros au premier semestre, sans compter deux jours de grève en septembre, Lufthansa dit avoir bon espoir de compenser ce manque à gagner grâce à une bonne saison estivale.

Ainsi, compte-t-elle parvenir sans encombre à son objectif d'un résultat d'exploitation annuel ajusté de plus de 1,5 milliard d'euros, objectif qui inclut le coût des grèves du premier au troisième trimestres, a dit à la presse le président du directoire, Carsten Spohr.

Suivant la nouvelle structure, qui entrera en vigueur en 2016, Harry Hohmeister, actuel directeur général de la filiale Swiss, assurera la supervision des transporteurs Lufthansa, Austrian, Swiss et Brussels.

Eurowings sera dirigée par Karl Ulrich Garnadt, l'actuel patron du réseau allemand de Lufthansa. "Nous voulons créer les meilleures conditions de croissance pour Eurowings", a déclaré Carsten Spohr.

Les filiales de fret, de maintenance et de restauration resteront gérées séparément.   Suite...

 
Les bénéfices annuels de Lufthansa se gonfleront de 500 millions d'euros à terme grâce à une réorganisation qui aura notamment pour effet de simplifier l'organigramme et de donner à la filiale à bas coûts Eurowings un nouveau patron. /Photo prise le 7 février 2015/REUTERS/Louis Nastro