Face aux doutes, VW mise sur le Tiguan pour se relancer

lundi 14 septembre 2015 16h27
 

par Andreas Cremer

FRANCFORT (Reuters) - Volkswagen compte sur la nouvelle version de son SUV compact Tiguan pour donner un coup d'accélérateur à ses ventes en Chine et ailleurs, mais aussi pour apaiser les doutes sur la solidité de son équipe dirigeante.

Le lancement du nouveau Tiguan, principale nouveauté du groupe allemand cette année, devrait constituer une nouvelle positive pour Volkswagen, qui a surtout retenu l'attention ces derniers mois en raison de la lutte de pouvoir au sein de sa direction et des efforts de réduction des coûts de sa marque phare.

VW a annoncé au début du mois son intention de prolonger jusqu'en 2018 le mandat de son président du directoire, Martin Winterkorn, et de nommer son directeur financier, Hans Dieter Pötsch, à la tête du conseil de surveillance.

Ces décisions ont déçu certains analystes, qui y ont vu une occasion manquée de faire entrer le premier groupe automobile européen dans l'ère du numérique en nommant une nouvelle génération de dirigeants, cinq mois après la démission de Ferdinand Piëch de la présidence du conseil de surveillance au terme d'un bras de fer avec Winterkorn.

La nouvelle version du Tiguan, la première depuis le lancement du modèle en 2007, devait être dévoilée lundi au Salon automobile de Francfort. Elle est censée ouvrir la voie à plusieurs autres SUV et "crossovers" au cours des années à venir, ont dit deux sources au sein du groupe.

"Lancer de nouveaux produits est capital dans une période difficile", estime Stefan Bratzel, directeur du Center of Automotive Management à Cologne. "Le nouveau Tiguan représente une rupture bienvenue pour VW, notamment après les tensions au sein de la direction."

"VW gagne du temps pour résoudre ses problèmes structurels", ajoute-t-il. "Il est pratiquement en mode de gestion de crise."

  Suite...

 
Volkswagen compte sur la nouvelle version de son SUV compact Tiguan pour donner un coup d'accélérateur à ses ventes en Chine et ailleurs, mais aussi pour apaiser les doutes sur la solidité de son équipe dirigeante. /Photo prise le 23 juin 2015/REUTERS/Anindito Mukherjee