La Chine va restructurer les entreprises publiques déficitaires

lundi 14 septembre 2015 10h24
 

par Kevin Yao et Lei Wang

PEKIN (Reuters) - La Chine restructurera les entreprises publiques dont la performance est médiocre et ira jusqu'à en fermer certaines, a déclaré lundi Zhang Xiwu, vice-président de la Commission d'administration et de supervision des actifs publics (SASAC).

L'Etat chinois gère de manière centralisée 111 entreprises par le biais de la SASAC, tandis que les autorités locales détiennent et gèrent autour de 25.000 entreprises publiques. Ces entreprises publiques emploient près de 7,5 millions de salariés.

"Nous déploierons plus d'efforts pour réformer les 'entreprises zombies', les entreprises déficitaires depuis longtemps et se défaire des actifs non performants et à l'efficacité médiocre", a-t-il dit.

Zhang a précisé que les marchés de capitaux, boursiers en particulier, seraient sollicités pour la vente des entreprises publiques peu performantes "au juste prix".

Pékin a annoncé dimanche les modalités d'une réforme des entreprises publiques suivant des directives émises par le Comité central du Parti communiste et par le Conseil d'Etat (gouvernement).

Ces directives prévoient l'assainissement et l'intégration de certaines entreprises publiques, rapporte l'agence officielle Chine nouvelle, sans être plus explicite.

L'agence fait référence à la notion de "propriété mixte" des entreprises publiques par apport d'investissements privés et ajoute que des "résultats décisifs" sont attendus d'ici 2020, sans pour autant aller jusqu'à la privatisation totale des entreprises en question.

De fait, Pékin n'imposera pas le concept de "propriété mixte" et ne fixera pas non plus de calendrier, attendant pour donner son feu vert que les conditions soient réunies pour chaque entreprise concernée, dit encore Chine nouvelle, observant que la restructuration doit permettre ultérieurement des introductions en Bourse.   Suite...

 
La Chine restructurera les entreprises publiques dont la performance est médiocre et ira jusqu'à en fermer certaines, selon le vice-président de la Commission d'administration et de supervision des actifs publics (SASAC). L'Etat chinois gère de manière centralisée 111 entreprises par le biais de la SASAC. /Photo d'archives/REUTERS/Stringer