September 10, 2015 / 7:43 AM / 2 years ago

Les marchés européens ouvrent en baisse

3 MINUTES DE LECTURE

Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse jeudi, dans le sillage de Wall Street et après la publication de l'indicateur des prix à la production chinois tendant à confirmer le risque de déflation dans la deuxième puissance économique mondiale. L'indice CAC 40 reculait de 0,9% vers 07h25 GMT, le Dax cédait 0,6% et le FTSE 0,9%. /Photo d'archives/Lucas Jackson

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse jeudi, dans le sillage de Wall Street et après la publication d'un indicateur chinois tendant à confirmer le risque de déflation dans la deuxième puissance économique mondiale.

Les prix à la consommation en Chine ont augmenté légèrement plus que prévu en août sur un an, de 2,0%, mais les prix à la production ont reculé pour le quarante-deuxième mois de suite, de 5,9% sur un an, selon des données publiées jeudi par le Bureau national des statistiques.

À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,9% à 4.622,63 points vers 07h25 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,6% et à Londres, le FTSE 0,9%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro perd 0,92% et le FTSEurofirst 300 1,07%. Toutes les valeurs du Stoxx 50, à l'exception de BMW, et du CAC 40 sont dans le rouge, dans des marchés plombés surtout par les ressources de base (-2,1%).

A l'instar de Wall Street, la Bourse de Tokyo a fini en baisse (-2,51%) après son bond de 7,7% la veille et un recul inattendu des commandes de machines-outils au Japon en juillet. Les marchés chinois ont eux aussi corrigé, avec une perte de 1,23% de l'indice CSI300 des valeurs vedettes de Shanghai et Shenzhen et de 1,45% de l'indice composite de Shanghai.

L'énergéticien allemand E.ON perd 3,8% après avoir déclaré mercredi soir ne pas avoir l'intention de transférer le coût du démantèlement de ses centrales nucléaires en Allemagne à une nouvelle filiale. Le groupe a également annoncé qu'il accuserait une perte nette significative en 2015 en raison de provisions importantes pour dépréciations d'actifs.

De même, Morrisons, quatrième chaîne de supermarchés en Grande-Bretagne, recule de 3,2% après avoir prévenu qu'il lui faudrait beaucoup de temps pour se redresser, l'ampleur du défi étant illustrée par le plongeon de 35% de son bénéfice semestriel, tombé à son plus bas niveau en neuf ans.

Dixons Carphone s'adjuge au contraire plus de 2,2% après la publication d'un chiffre d'affraires meilleur que prévu.

Shinichi Saoshiro et Atul Prakash, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below