Nouveau code de conduite sur le marché des changes en mai 2017

mercredi 9 septembre 2015 16h22
 

par Patrick Graham et Huw Jones

LONDRES (Reuters) - Le premier code de conduite unique visant à moraliser un marché des changes marqué par une série de scandales révélés au cours des trois dernières années prendra effet en mai 2017, ont annoncé mercredi des responsables de banques centrales.

Des dizaines de traders ont été suspendus ou licenciés et plusieurs banques se sont vu imposer des pénalités totalisant 4,3 milliards de dollars à la suite de ces scandales de manipulation des cours sur le plus grand marché mondial.

Le nouveau code de conduite, conçu par un groupe de travail de la Banque des règlements internationaux (BRI), est la dernière démarche en date visant à éviter de nouveaux abus et à restaurer la confiance quant au fonctionnement de ce marché de 5.000 milliards de dollars (4.500 milliards d'euros) par jour.

Il aborde notamment la question du fonctionnement des ordres automatiques de vente ("stop loss") destinés à limiter les pertes potentielles, ainsi que la différence entre les transactions des banques pour leur propre compte ou pour le compte de leurs clients, a expliqué Guy Debelle, assistant du gouverneur de la Reserve Bank of Australia (RBA), dans le cadre d'une conférence de presse à la Banque d'Angleterre.

Six codes de conduite en vigueur seront ainsi remplacés par le premier code unique de portée mondiale qui fixe les règles de conduite non seulement pour les traders, mais aussi pour les plates-formes de trading et les gestionnaires d'actifs, ce qui reflète l'évolution rapide de ce marché.

Cette démarche va au-delà du préambule aux codes existants qui avait été présenté l'an dernier par les banquiers centraux.

CONFIANCE   Suite...

 
Le premier code de conduite unique visant à moraliser un marché des changes marqué par une série de scandales révélés au cours des trois dernières années prendra effet en mai 2017, ont annoncé mercredi des responsables de banques centrales. /Photo d'archives/REUTERS/Andrea Comas