Glencore prend des mesures radicales pour se désendetter

lundi 7 septembre 2015 10h32
 

par Olivia Kumwenda-Mtambo

JOHANNESBOURG (Reuters) - Le géant minier et du négoce de matières premières Glencore a annoncé lundi son intention de suspendre le paiement de dividendes, de vendre des actifs et de réaliser une augmentation de capital de 2,5 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros) dans le but de ramener son endettement à 20 milliards de dollars d'ici la fin de l'année.

La société cotée à Londres peine à réduire sa dette -- qui était à 29,6 milliards de dollars fin juin -- alors que les cours de ses principales matières premières, le cuivre et le charbon, sont tombés à des plus bas de plus de six ans.

Glencore a précisé que 78% de son émission d'actions était souscrite par Citi et Morgan Stanley, le solde étant repris par la direction.

Le fait de passer le dividende en 2015 permettra d'économiser 1,6 milliard de dollars et la suspension du dividende intérimaire de 2016 entraînera une économie de 800 millions, a ajouté le groupe.

Le directeur général de Glencore Ivan Glasenberg a ajouté que la décision du groupe de retirer 400.000 tonnes de cuivre du marché devrait alléger la surabondance de l'offre.

Le titre bondit de 9,25% à 132,40 pence vers 07h45 GMT à la Bourse de Londres, bien parti pour réaliser la plus forte hausse quotidienne de son histoire, après avoir chuté de près de 60% depuis le début de l'année, une perte nettement plus marquée que ses concurrents BHP Billiton et Rio Tinto.

L'appel au marché était inattendu mais est bien accueilli, les investisseurs jugeant qu'il reflète la volonté du groupe de prendre des mesures radicales pour se désendetter.

Bank of America Merrill Lynch a relevé sa recommandation sur le titre lundi, avec un objectif de cours fixé de 160 pence.   Suite...

 
Le géant minier et du négoce de matières premières Glencore, qui peine à réduire sa dette, a l'intention de suspendre le paiement de dividendes, de vendre des actifs et de réaliser une augmentation de capital de 2,5 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros) dans le but de ramener son endettement à 20 milliards de dollars d'ici la fin de l'année. /Photo d'archives/REUTERS/Michael Buholzer