Les Etats-Unis créent moins d'emploi, mais le chômage baisse

vendredi 4 septembre 2015 16h20
 

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - Les créations d'emploi ont été moins nombreuses qu'attendu aux Etats-Unis en août mais le recul du taux de chômage à 5,1%, au plus bas depuis près de sept ans et demi, et l'accélération de la progression des salaires apportent de nouveaux arguments aux partisans d'un relèvement dès ce mois-ci des taux de la Réserve fédérale.

Le secteur non-agricole a créé 173.000 postes le mois dernier, a annoncé vendredi le département du Travail, alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 220.000. Le détail des statistiques montre entre autres que l'industrie manufacturière a subi ses plus lourdes pertes d'effectifs depuis juillet 2013.

Mais les chiffres de juin et juillet ont été révisés en nette hausse, à 245.000 dans les deux cas contre 231.000 et 215.000 respectivement annoncé le mois dernier, soit un total de 44.000 postes de plus.

Le taux de chômage a parallèlement reculé, passant de 5,3% en juillet à 5,1% en août alors que les économistes l'attendaient à 5,2%. Il s'agit du chiffre le plus faible depuis avril 2008.

De plus, le salaire horaire moyen a augmenté de huit cents en août, sa plus forte hausse depuis janvier, tandis que l'horaire moyen hebdomadaire progressait à 34,6 heures.

Le dollar réduisait ses pertes face à un panier de devises de référence après la publication des statistiques tandis que les cours des emprunts d'Etat s'orientaient à la baisse. Wall Street a ouvert dans le rouge, l'indice Dow Jones cédant 1,65% en début de séance.

UNE TÂCHE COMPLIQUÉ POUR LA FED ?   Suite...

 
Forum pour l'emploi à Detroit. Le marché de l'emploi a vu sa croissance ralentir en août aux Etats-Unis, même si le taux de chômage est tombé à son plus bas niveau depuis près de sept ans et demi, à 5,1%.  Le nombre de créations d'emploi dans le secteur non agricole s'est établi à 173.000 le mois dernier, après avoir atteint 245.000 en juillet.  /Photo d'archives/REUTERS/Joshua Lott