Le G20 prône la prudence sur les taux, mais épargne la Fed

vendredi 4 septembre 2015 18h16
 

par Jan Strupczewski et Randall Palmer

ANKARA (Reuters) - Les principales économies du monde vont s'accorder pour élaborer avec prudence leur politique monétaire et leur discours aux marchés afin d'éviter de déclencher une fuite des capitaux, mais elles ne qualifieront pas directement la hausse des taux attendue aux Etats-Unis de risque pour la croissance, montre un projet de communiqué vendredi.

De nombreux pays émergents craignent que le resserrement imminent de la politique monétaire de la banque centrale américaine déclenche des mouvements de fuite des capitaux au profit d'actifs libellés en dollars, ce qui affaiblirait leur propre monnaie et créerait de nouvelles turbulences financières.

Les représentants de certains pays émergents souhaitaient donc que le communiqué publié à l'issue de la réunion du G20 à Ankara ce week-end indique qu'une hausse des taux de la Fed dans le contexte actuel représenterait un risque pour la croissance. Mais cette formulation ne figure pas dans le projet de communiqué.

"Nous notons qu'avec l'amélioration des perspectives économiques, la probabilité d'un resserrement de la politique monétaire augmente dans certaines économies avancées", peut-on lire dans ce document.

"Nous définirons (notre politique) avec précaution et communiquerons clairement sur nos actions afin de limiter les effets indésirables, d'atténuer les incertitudes et de promouvoir la transparence", indique ce texte, qui pourrait encore être remanié avant son adoption définitive samedi.

Une version antérieure du projet expliquait que le resserrement de la politique monétaire dans les économies développées "pourrait rester l'une des principales sources d'incertitude sur les marchés financiers".

PRUDENCE SUR LA FED   Suite...

 
La Réserve fédérale américaine. Les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20 réunis à Ankara n'appelleront pas explicitement la banque centrale américaine à faire preuve de patience en vue d'un relèvement de ses taux d'intérêt, ont dit vendredi des délégués, malgré la pression grandissante des marchés émergents. /Photo d'archives/REUTERS/Jonathan Ernst