Stagnation inattendue du PIB au deuxième trimestre

vendredi 14 août 2015 11h14
 

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - L'économie française a stagné de façon inattendue au deuxième trimestre mais a été plus dynamique qu'annoncé précédemment au premier, affichant un profil heurté qui ne remet pas en cause, aux yeux des économistes, le scénario d'une reprise très modérée.

L'Insee a fait état vendredi d'une croissance nulle sur la période avril-juin, alors que les économistes tablaient sur +0,2%, et revu en hausse, à +0,7% contre +0,6% auparavant, l'évolution du produit intérieur brut pour janvier-mars.

L'institut a annoncé parallèlement que le secteur privé avait créé, en net, 27.300 emplois au deuxième trimestre, soit la meilleure performance depuis le printemps 2011.

L'acquis de croissance pour 2015, à savoir le niveau de l'ensemble de l'année si le PIB des deux derniers trimestres était nul, se situe à +0,8% au 30 juin. Et en glissement annuel, le PIB affiche une progression de 1,0% au 30 juin, un niveau qu'il n'avait pas atteint depuis fin 2013.

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a déclaré que la performance du premier semestre confortait le gouvernement dans ses attentes.

"Après un premier trimestre très dynamique, le niveau de l'activité se maintient. A la fin du premier semestre, l'acquis de croissance est de 0,8% ce qui conforte notre objectif de 1% pour l'année 2015", a-t-il dit.

Son ambition est toujours de parvenir à un rythme de 1,5% à l'horizon de fin 2015, niveau à partir duquel l'économie française recommence à créer des emplois.

La croissance du deuxième trimestre a été pénalisée par la faiblesse de la consommation des ménages (+0,1%) et un effet fortement négatif (-0,4 point) des variations de stocks des entreprises.   Suite...

 
LA CROISSANCE FRANÇAISE