La vente de 36 Rafale à l'Inde s'enlise à son tour

mercredi 12 août 2015 10h12
 

par Sanjeev Miglani

NEW DELHI (Reuters) - La commande de 36 Rafale par l'Inde achoppe sur des divergences entre Paris et New Delhi, après l'échec des trois ans de négociations sur un méga-contrat de 126 avions, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Le Premier ministre indien Narendra Modi avait annoncé en avril sa volonté de commander 36 avions de combats de Dassault Aviation "sur étagère", c'est-à-dire construits en France, après l'enlisement des négociations exclusives menées depuis début 2012 sur un contrat de 126 Rafale, dont 108 fabriqués en Inde.

Selon deux sources du secteur indien de la défense, les deux parties sont en désaccord sur le prix unitaire des avions et sur la volonté de l'Inde d'obtenir pour ce contrat-là aussi, des "offsets" (une partie de la valeur du contrat produite en Inde).

Ces nouvelles divergences menacent de retarder encore la modernisation tant attendue de la flotte indienne d'avions de combat.

Des responsables militaires ont dit craindre un énorme écart de capacités avec ses deux voisins, la Chine et le Pakistan, sans avions de combat occidentaux neufs ou si les industriels indiens ne parviennent pas à combler les manques de l'armée rapidement.

Invoquant l'urgence des besoins militaires de son pays, Narendra Modi a choisi de traiter directement avec Paris pour une commande de taille plus réduite, précisant que des responsables négocieraient les termes du contrat.

Le 16 mai, le ministre indien de la Défense Manohar Parrikar a déclaré que les négociations sur le prix du contrat seraient bouclées en "un mois ou deux".

Mais les discussions ont achoppé sur l'insistance de l'Inde à obtenir ses Rafale à un prix inférieur au quelque 200 millions de dollars (180 millions d'euros) l'unité qui avaient servi de base aux négociations antérieures avec Dassault Aviation, ont déclaré les deux responsables militaires.   Suite...

 
La commande de 36 Rafale par l'Inde achoppe sur des divergences entre Paris et New Delhi, après l'échec des trois ans de négociations sur un méga-contrat de 126 avions, selon des sources proches du dossier. /Photo prise le 16 juin 2015/REUTERS/Pascal Rossignol