Les discussions avancent sur un 3e plan d'aide à la Grèce

lundi 10 août 2015 16h48
 

par George Georgiopoulos et Lefteris Papadimas

ATHENES/BRUXELLES (Reuters) - La Grèce et ses créanciers internationaux mettaient lundi la dernière touche à un projet d'accord sur un troisième plan d'aide dont Athènes a besoin pour maintenir ses finances publiques à flot et honorer une importante échéance auprès de la Banque centrale européenne (BCE) le 20 août.

Des ministres grecs et des représentants des institutions européennes et du Fonds monétaire international ont repris leurs discussions lundi matin après une séance marathon qui a duré jusqu'en fin de nuit dimanche.

L'accord sur le plan de sauvetage de 86 milliards d'euros doit être bouclé d'ici le 20 août pour permettre à Athènes de rembourser son prêt à la BCE.

"Depuis minuit les deux parties sont entrées dans la dernière ligne droite, relisant le texte final, phrase par phrase, mot par mot", a affirmé un responsable du ministère grec des Finances.

Toujours de source grecque, on indique que les deux parties se sont entendues sur un objectif d'excédent budgétaire primaire, c'est-à-dire hors service de la dette, de zéro pour cette année, dans l'hypothèse d'une contraction du PIB comprise entre 2,1 et 2,3% du produit intérieur brut grec.

"Sauf changement de dernière minute avant la conclusion de l'accord, l'excédent budgétaire primaire pour cette année sera de zéro et l'estimation pour la récession est entre 2,1 et 2,3%", a dit un responsable gouvernemental.

Auparavant, des responsables grecs avaient dit espérer conclure un accord d'ici mardi matin au plus tard.

Plus prudente, la Commission européenne a préféré parler d'un accord "faisable" ce mois-ci.   Suite...

 
Le ministre des Finances grec Euclid Tsakalotos. La Grèce espère pouvoir conclure les négociations d'un nouveau plan de renflouement financier avec ses créanciers d'ici mardi matin au plus tard. Les discussions se sont poursuivies tout le week-end, jusque dans la nuit de dimanche à lundi, entre Athènes et les représentants des "institutions", dont la Commission européenne et la Banque centrale européenne. Les ministres grecs des Finances et de l'Economie y ont directement participé. /Photo prise le 6 juillet 2015/REUTERS/Yannis Behrakis