Bond des exportations françaises mais l'industrie ne suit pas

vendredi 7 août 2015 12h49
 

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - La France a enregistré en juin son déficit commercial le plus faible depuis près de six ans, grâce à des livraisons d'Airbus "exceptionnelles", une poussée des exportations d'automobiles et la livraison d'une frégate à l'Egypte.

Les chiffres publiés vendredi par les Douanes contrastent avec ceux de la production industrielle, en recul de 0,1% sur le même mois, alors qu'elle était attendue en hausse (+0,2% pour le consensus Reuters).

Sur l'ensemble du deuxième trimestre, la production industrielle s'est même contractée de 0,7%, ce qui, ajouté au recul de 0,1% de la consommation des ménages en biens annoncé la semaine passée, augure d'un rythme de croissance du PIB en net retrait par rapport au 0,6% du premier trimestre.

Le consensus des économistes se situe à 0,3% pour la croissance de la période, un niveau également anticipé par l'Insee, alors que la Banque de France ne table plus que sur 0,2%. Les prévisions pour l'ensemble de l'année restent à 1,2%.

Pour Christian Parisot, économiste d'Aurel BGC, le commerce extérieur pourrait sauver la croissance du deuxième trimestre, avec en outre un rebond qu'il attend purement technique de l'investissement des entreprises et des dépenses publiques qui agissent toujours en facteur de soutien.

Mais "les chiffres de la production industrielle après ceux de la consommation confirment le tableau donné par les PMI (indices des directeurs d'achat), à savoir que la reprise reste en retard en France comparée au sud de l'Europe, notamment l'Espagne, et qu'il y a toujours un problème de compétitivité", dit-il.

"On a l'image d'une amélioration graduelle mais relativement molle, la France a du mal à redémarrer", ajoute l'économiste.

  Suite...

 
LA PRODUCTION INDUSTRIELLE