Bénéfice net et fonds propres d'UniCredit meilleurs que prévu

mercredi 5 août 2015 16h37
 

par Silvia Aloisi

MILAN (Reuters) - Le bénéfice net d'UniCredit a dépassé le consensus au deuxième trimestre et ses fonds propres sont également meilleurs que prévu, éloignant ainsi la perspective d'une augmentation de capital pour les renforcer, ce qui a provoqué une hausse de 6% de l'action de la première banque italienne par l'actif.

Le ratio de fonds propres CET 1 ressortait à 10,37% fin juin, contre 10,1% trois mois plus tôt, soit aussi une trentaine de points de base de plus que ce qui était attendu. En tenant compte de la vente du gestionnaire d'actifs Pioneer et d'avoirs en emprunts d'Etat, ce ratio est de 10,84%, précise la banque.

Les cours des obligations ont remonté à la suite de l'accord intervenu entre la Grèce et ses créanciers internationaux. Ils avaient auparavant rétrogradé, de crainte de voir la Grèce sortir de la zone euro en absence d'accord.

L'administrateur délégué Federico Ghizzoni a également annoncé un remaniement de la direction très attendu, avec le départ du "managing director" Roberto Nicastro, qui n'était pas d'accord sur les orientations adoptées par la banque.

Le responsable du risque Alessandro Decio démissionne lui aussi.

Federico Ghizzoni est en train de revoir son plan quinquennal moins de 18 mois après l'avoir présenté. Selon des sources proches du dossier, ce plan se résume à augmenter les résultats, réduire les coûts et éviter toute augmentation de capital.

Il a dit mercredi qu'il était persuadé de pouvoir maintenir le ratio CET 1 au-dessus de 10%, à comparer au strict minimum de 9,5% fixé par la Banque centrale européenne (BCE).

UniCredit a toutes les peines du monde à convaincre les investisseurs qu'elle pourra s'abstenir de faire un appel au marché pour renforcer des fonds propres qui pâlissent en comparaison de ceux de plusieurs concurrentes européennes.   Suite...

 
Le bénéfice net d'UniCredit a dépassé le consensus au deuxième trimestre et ses fonds propres sont également meilleurs que prévu, éloignant ainsi la perspective d'une augmentation de capital pour les renforcer. Le bénéfice net trimestriel est ressorti à 522 millions d'euros, alors que le consensus communiqué par la banque donnait 453 millions. /Photo prise le 17 février 2015/REUTERS/Stefano Rellandini