5 août 2015 / 11:40 / dans 2 ans

La croissance du secteur européen des services a ralenti

La croissance du secteur européen des services a ralenti en juillet avec les inquiétudes sur la dette grecque qui ont fait craindre une crise majeure dans la zone euro, montrent les résultats définitifs, publiés mercredi, des enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat. L'indice composite, qui réunit les données des enquêtes de Markit dans le secteur manufacturier et celui des services, est ressorti à 53,8 en version définitive pour la zone euro contre 54,2 en juin. /Photo d'archives/REUTERS/Thierry Roge

LONDRES (Reuters) - La croissance du secteur européen des services a ralenti en juillet avec les inquiétudes sur la dette grecque qui ont fait craindre une crise majeure dans la zone euro, montrent les résultats définitifs, publiés mercredi, des enquêtes Markit auprès des directeurs d‘achat.

Pour autant, l‘activité a accéléré vers la fin du mois après l‘accord intervenu le 13 juillet entre Athènes et ses créanciers européens, suggérant que la reprise reste sur les rails en Europe.

“L‘économie a probablement continué de croître à un rythme correct au début de l‘été, mais avec toutes les inquiétudes sur la conjoncture mondiale, particulièrement en chine, il est sage de rester prudent”, déclare Ben May, chez Oxford Economics.

L‘indice composite des directeurs d‘achat (PMI), qui réunit les données des enquêtes de Markit dans le secteur manufacturier et celui des services, est ressorti à 53,8 en version définitive pour la zone euro alors qu‘il avait été estimé à 53,7 dans la version préliminaire publiée le 24 juillet.

Il marque un repli par rapport à son pic de quatre ans de 54,2 touché en juin mais se maintient au-dessus du niveau de 50 à partir duquel il rend compte d‘une croissance.

L‘indice avait franchi ce niveau-clé à la mi-2013 et n‘est plus redescendu depuis en territoire de contraction.

Selon Markit, son niveau de juillet laisse prévoir une croissance du produit intérieur brut de 0,4% au troisième trimestre, un peu moins que la croissance de 0,5% qui ressort du dernier consensus Reuters.

“L‘économie de la zone euro a montré une résilience rassurante face à la crise de la dette grecque en juillet”, a commenté Chris Williamson, chef économiste de Markit.

En Allemagne, première économie de la zone euro, l‘indice PMI composite est resté stable à 53,7 le mois dernier, ce qui est là aussi légèrement mieux que l‘estimation “flash” de 53,4.

En France, il a diminué à 51,5 contre 53,3, remettant en cause les bons résultats du mois de juin quand l‘indice PMI des services avait atteint un pic depuis l‘été 2011.

La croissance dans les services a aussi marqué le pas en Italie alors qu‘elle a encore accéléré en Espagne, avec un PMI services à 59,7 contre 56,1 en juin et un indicateur des embauches à son plus haut niveau depuis juillet 2007.

Hors zone euro, les données de PMI dénotent un ralentissement de la croissance au Royaume-Uni. L‘indice PMI des services y a fléchi à 57,4 contre 58,5 en juin, inférieur au consensus de 58,0 établi par Reuters, et le sous-indice de l‘emploi a reculé à 53,8, au plus bas depuis mars 2014, confirmant les signes de modération du marché du travail après deux ans d‘embellie.

“La détérioration dans le secteur des services vient s‘ajouter aux signaux montrant un ralentissement de l‘économie à l‘entame du deuxième semestre”, a déclaré Chris Williamson.

Le niveau des PMI britanniques reste toutefois bien supérieur à ceux de la zone euro.

Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below