Airbus fait mieux que prévu au 2e trimestre malgré l'A400M

vendredi 31 juillet 2015 08h45
 

PARIS (Reuters) - Airbus Group a annoncé vendredi une nouvelle charge de 290 millions d'euros liée aux difficultés de l'avion de transport militaire A400M, anticipée par le marché, mais a confirmé ses prévisions pour 2015 en l'absence de mauvaise surprise sur la production de l'A350.

Le groupe européen d'aérospatiale et de défense a ainsi réaffirmé viser pour 2015 une nouvelle hausse de son chiffre d'affaires, une légère progression de son bénéfice opérationnel (Ebit) avant exceptionnels et un flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions à l'équilibre.

Pour Sandy Morris, analyste chez Jefferies, l'enjeu du développement des avions, principale raison citée par les investisseurs pour rester à l'écart du titre, appartient désormais au passé, le principal risque pesant sur le titre étant à présent limité à la montée des cadence de production.

"Airbus Group va sans aucun doute rejoindre prochainement le club exclusif des actions vers lesquelles on se tourne toujours quand on cherche un investissement clé dans la sphère des biens d'équipement en Europe", écrit-il, citant des résultats trimestriels "solides" en excluant les déboires de l'A400M.

Les charges liées à l'A400M dépassent désormais cinq milliards d'euros, notamment après l'accident d'un appareil qui a fait quatre morts en Espagne le 9 mai, interrompu les essais en vol pendant plusieurs semaines et perturbé le processus de production.

Airbus Group, qui a livré quatre A400M pour l'instant cette année, dit préparer avec ses clients un nouveau calendrier de développement des capacités militaires et de livraisons.

Le groupe discute aussi avec les pays, dont la France, d'une révision de la formule d’indexation du prix par rapport aux coûts stipulée dans le contrat, qui se révèle fortement défavorable en raison de la faible inflation dans la zone euro.

NETTE AMÉLIORATION DU FLUX DE TRÉSORERIE   Suite...

 
Airbus Group a annoncé vendredi une nouvelle charge de 290 millions d'euros liée aux difficultés de l'avion de transport militaire A400M, mais a confirmé ses prévisions pour 2015 grâce à la dynamique du marché des avions civils. /Photo prise le 25 septembre 2015/REUTERS/Régis Duvignau