Safran relève ses objectifs grâce à ses services pour moteurs

jeudi 30 juillet 2015 09h31
 

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Safran a nettement relevé jeudi ses objectifs pour 2015, grâce à son activité de services pour moteurs civils, dont la croissance pourrait atteindre cette année quasiment le double de sa prévision initiale.

L'action Safran s'adjuge 6% à plus de 65 euros en début de séance à la Bourse de Paris sur cette nouvelle, affichant la plus forte hausse du CAC 40.

L'équipementier spécialisé dans l'aérospatiale, la défense et la sécurité précise désormais tabler sur une augmentation de son résultat opérationnel courant ajusté d'environ 15% au lieu d'un peu plus de 10% auparavant, après une hausse de 22,5% au premier semestre à 1,171 milliard d'euros.

Le groupe compte surtout sur la croissance de son activité de moteurs civils libellée en dollar, qui pourrait atteindre 16% à 19% au lieu du rythme d'environ 10% prévu jusqu'ici, après un bond de 27,8% au premier semestre, grâce aux premières révisions de moteurs CFM56 et GE90, dans un contexte "favorable" pour les compagnies aériennes.

"La tendance observée depuis le début de l'année devrait être maintenue au cours de 2015", a déclaré le directeur général de Safran Philippe Petitcolin à des journalistes, tout en soulignant que le rythme devrait être moins soutenu au second semestre qu'au premier, qui bénéficiait d'une base de comparaison plus favorable.

PAS DE HAUSSE DE CADENCE POUR LE LEAP

Malgré la hausse des productions annoncées par Airbus et Boeing, Philippe Petitcolin s'est refusé à s'engager à ce stade à augmenter la cadence pour le LEAP, coproduit avec General Electric comme le CFM56 auquel il succède, et dont l'entrée en service est prévue en 2016 sur l'A320neo, nouvelle version du monocouloir vedette d'Airbus.   Suite...

 
Safran relève nettement ses objectifs pour 2015, grâce à son activité de services de moteurs civils, dont la croissance pourrait atteindre cette année quasiment le double de sa prévision initiale. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes