La hausse des tarifs d'ADP marque le pas en 2016-2020

mercredi 29 juillet 2015 20h31
 

PARIS (Reuters) - Aéroports de Paris a annoncé mercredi avoir obtenu du gouvernement une hausse de ses tarifs inférieure à ses attentes pour la période 2016-2020, qui risque néanmoins de décevoir les compagnies aériennes qui espéraient pour leur part une baisse.

Dans le cadre du nouveau contrat de régulation économique (CRE) négocié avec l'Etat, son actionnaire majoritaire, l'exploitant des aéroports de Roissy et d'Orly a obtenu une hausse moyenne de 1% de ses tarifs (au lieu de 1,75% demandée) hors inflation contre +1,37% sur la période 2011-2015.

Pour la première année du plan, en 2016, ses tarifs seront même limités à une indexation à l'inflation avant de remonter à 1,25% en moyenne hors inflation sur les quatre années suivantes, ajoute ADP dans sa présentation des résultats semestriels.

La Fédération nationale de l'aviation marchande (Fnam) avait réclamé au printemps une baisse annuelle de 2,5% des redevances versées à ADP par les compagnies aériennes, dont certains subissent une érosion importante des marges.

Air France-KLM, premier client d'ADP, a vu ses recettes unitaires se dégrader à nouveau au deuxième trimestre, conduisant le groupe à annoncer vendredi une hausse de ses capacités plus modérée que prévu sur l'année.

INVESTISSEMENTS EN FORTE HAUSSE

ADP a justifié sa demande de hausse tarifaire par l'augmentation des investissements prévus sur la période, pour lesquels il obtient une enveloppe de 3,1 milliards d'euros, après deux milliards en 2011-2015.

ADP, qui présentera ses objectifs pour 2020 le 13 octobre, compte notamment rénover le terminal 2B de Roissy et réunir les terminaux d'Orly Ouest et Orly Sud.   Suite...

 
Aéroports de Paris a annoncé mercredi avoir obtenu du gouvernement une hausse moindre qu'espéré de ses tarifs pour la période 2016-2020, décevant cependant les compagnies aériennes qui espéraient une baisse. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau