Le potentiel de baisse des matières premières pas encore épuisé

mardi 28 juillet 2015 12h41
 

par Veronica Brown et Pratima Desai

LONDRES (Reuters) - Les positions sur les marchés à terme de matières premières annoncent une poursuite de la chute des cours avec les inquiétudes sur la croissance chinoise et la hausse du dollar mais le recul pourrait être d'autant plus limité que les intervenants ont déjà mis en place l'essentiel de leurs paris baissiers.

Les matières premières, du minerai de fer au pétrole en passant par les grains ou l'or, ont toutes baissé avec le retournement de leur long boom, largement alimenté par la très forte croissance économique de la Chine et parfois qualifié de "super-cycle".

La chute des cours n'a rien de nouveau, les pics du pétrole et de l'or remontant à juillet 2008 et septembre 2011 respectivement, tandis que la tendance baissière sur le minerai de fer a démarré en janvier 2011 et que ses prix ont chuté de plus de 70% depuis lors. De nombreuses matières premières sont à des plus bas de plusieurs années.

L'indice Thomson Reuters CRB, étroitement corrélé à la croissance du produit intérieur brut de la Chine en volume, a cédé plus de 10% depuis le débit du mois de juillet, se rapprochant d'un point bas atteint début 2009 lors de la grande récession provoquée par la crise financière internationale de 2007-2008.

"Il pourrait encore y avoir des pertes parce que je pense que les gens sont encore en train d'essayer d'ajuster toutes les pièces du puzzle", estime Frances Hudson, stratégiste chez Standard Life Investments.

"Cela dépendra des matières premières considérées individuellement car jusqu'à la fin de la semaine dernière c'était un événement (la baisse des cours NDLR) qui devenait porté par la tendance, tout le monde vendait les matières premières."

A la fin de la semaine dernière, l'état des lieux des positions à terme publié par la CFTC américaine montrait que les fonds spéculatifs et les autres gestionnaires d'actifs avaient réduit leurs paris à la hausse du brut léger américain (WTI) à un plus bas de cinq ans et qu'ils pariaient sur une baisse des cours de l'or pour la première fois en plus d'une décennie. Ils demeuraient vendeurs nets sur le cuivre.

"Il serait dangereux de considérer que nous avons touché un point bas", estime Nic Brown, responsable de la stratégie sur les matières premières de Natixis.   Suite...

 
Les matières premières, du minerai de fer au pétrole en passant par les grains ou l'or, ont toutes baissé avec le retournement de leur long boom, largement alimenté par la très forte croissance économique de la Chine et parfois qualifié de "super-cycle". Mais les positions sur les marchés à terme de matières premières annoncent une poursuite de la chute des cours avec les inquiétudes sur la croissance chinoise et la hausse du dollar. /Photo prise le 19 mai 2015/REUTERS/Paulo Whitaker