Kering surprend avec un redressement inattendu chez Gucci

lundi 27 juillet 2015 21h16
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Kering a vu ses résultats semestriels reculer sous l'effet des contre-performances de Puma, tandis que Gucci, en pleine phase de relance, a vu ses ventes progresser contre toute attente au deuxième trimestre.

Très surveillé, le maroquinier a fait nettement mieux que prévu avec une croissance organique de 4,6%, alors que les analystes attendaient en moyenne une baisse de 2,5%.

Malgré une réelle surprise, les analystes restent prudents.

"C'est encore un peu tôt pour juger et un trimestre ne fait pas une tendance", souligne Eva Quiroga (UBS), qui rappelle que la marque profitera de comparatifs favorables au second semestre.

La marque a notamment profité d'importants rabais réalisés sur les collections de l'ancienne directrice artistique, remplacée en début d'année par Alessandro Michele.

Elle a signé une forte hausse de ses ventes en Europe ainsi qu'au Japon (où les bases de comparaison étaient favorables), deux régions qui profitent d'une explosion des flux touristiques grâce à des écarts de change favorables.

Elle a aussi progressé en Chine continentale, où les rabais ont été importants, et a repris des couleurs (+4%) aux Etats-Unis.

Mais les tendances sont restées négatives à Hong Kong et Macao, délaissées par la clientèle chinoise. L'ancienne colonie britannique, qui fut le marché le plus rentable du luxe, est aujourd'hui jugée banale par des acheteurs qui préfèrent faire leurs courses en Corée du Sud ou au Japon.   Suite...

 
François-Henri Pinault, PDG de Kering, dont les résultats semestriels ont reculé sous l'effet des contre-performances de Puma, tandis que Gucci, sa marque phare, a redressé la barre contre toute attente au deuxième trimestre. Le résultat opérationnel courant du groupe a reculé de 5,4% à 773,2 millions d'euros, proche des estimations des analystes, sur un chiffre d'affaires de 5,51 milliards, contre 5,24 milliards attendus par le consensus ThomsonReuters I/B/E/S. /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier