23 juillet 2015 / 20:50 / il y a 2 ans

Troisième séance de repli à Wall Street avec les résultats

LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a enchaîné jeudi une troisième séance de baisse, les résultats décevants de poids lourds de la cote comme Caterpillar ou 3M faisant retomber le Dow Jones en territoire négatif depuis le début de l'année.

L'indice des 30 grandes valeurs a rendu 119,09 points ou 0,67% à 17.731,95 pour afficher un recul de 0,5% depuis le 1er janvier. Le Standard & Poor's-500, plus large, a reculé de 12,00 points, soit 0,57%, à 2.102,15 et le Nasdaq Composite a cédé 25,36 points (0,49%) à 5.146,41.

Le S&P conserve un gain modeste de 2,1% depuis le début de l'année tandis que le Nasdaq engrange 8,7%, loin des performances des Bourses européennes.

Caterpillar et 3M ont plombé le Dow et le S&P dès l'ouverture alors que le Nasdaq, à forte pondération technologique, a tenté un rebond le matin avant de succomber à son tour à la tendance baissière.

Le marché, proche de ses records, a des valorisations tendues que ne justifient pas les résultats des sociétés, explique Kevin Dorwin, gérant chez Bingham, Osborn & Scarborough à San Francisco.

Le S&P-500, référence des gérants américains, se traite actuellement à 16,9 fois les résultats estimés sur 12 mois à comparer à une médiane de 14,7 sur les dix dernières années, montrent les données de StarMine.

"Pour que les marchés montent, on a besoin de voir une accélération des revenus et des dépenses de ménages. Or on a l'impression que les consommateurs ne dépensent pas assez et préfèrent épargner", note Kevin Dorwin.

Les analystes prévoient en moyenne un repli de 1% des bénéfices des sociétés du S&P-R00 au deuxième trimestre selon les données de Thomson Reuters, soit moins que la baisse de 3% qu'ils anticipaient début juillet.

Parmi les entreprises ayant déjà publié, 75% ont eu des bénéfices supérieurs aux estimations des analystes, soit mieux que la moyenne de 63% depuis 1994, mais seulement 52% ont eu des chiffres d'affaires supérieurs au consensus alors que la moyenne depuis 2002 est de 61%.

Les 10 grands indices sectoriels S&P 500 ont fini en baisse avec en tête les services aux collectivités (-1,47%) et les matériaux (-1,46%). Les volumes ont été importants avec sept milliards de titres qui ont changé de mains sur les différentes plates-formes selon BATS Global markets, contre une moyenne de 6,5 milliards depuis début juillet.

CATERPILLAR AU PLUS BAS DEPUIS 2011

Caterpillar, le numéro un mondial des engins de construction, a perdu 3,61% à 76,88 dollars, après un plus bas de quatre ans de 76,65, en réaction à des ventes décevantes au deuxième trimestre. "C'est inquiétant car Caterpillar sert un peu de baromètre de l'économie mondiale, au moment même où l'on s'inquiète pour la santé de la Chine", relève Mark Luschini, stratège chez Janney Montgomery Scott à Philadelphie.

Le groupe industriel 3M, contraint d'abaisser une nouvelle fois ses prévisions, a accusé la plus forte baisse du Dow avec un recul de 3,80% et American Express, en repli de 2,51% après avoir manqué le consensus, a aussi pesé sur l'indice.]

Hors de l'indice, les investisseurs ont en revanche salué la publication de General Motors qui a plus que doublé ses profits au deuxième trimestre et plutôt bien résisté en Chine. Le titre a pris 3,96% à 31,50 dollars.

Egalement en vue, le groupe de défense Raytheon s'est adjugé 6,41% en réaction à des résultats meilleurs que prévu et le fabricant d'articles de sport Under Armour a pris 7,34%, record à la clé, après avoir relevé sa prévision de chiffre d'affaires annuel pour le deuxième fois en trois mois.

Aux technologiques, le spécialiste de produits de stockage de données SanDisk a bondi de 17,6% après avoir annoncé un bénéfice trimestriel deux fois supérieur au consensus.

Les publications de résultats se poursuivaient après la clôture avec notamment Amazon qui, ayant battu le consensus, s'adjugeait 17,5% dans les échanges électroniques, permettant aux futures sur le Nasdaq de repasser dans le vert. Visa, en hausse de 7%, se distinguait également.

Les investisseurs gardent aussi un oeil sur les indicateurs économiques, à l'affût d'indices sur le moment que choisira la Réserve fédérale pour remonter ses taux d'intérêt. L'annonce d'une baisse beaucoup plus forte que prévu des inscriptions au chômage la semaine dernière, à leur niveau le plus bas depuis 1973, a permis au dollar de réduire ses pertes et il s'inscrivait à 1,099 face à l'euro vers 22h00 GMT, en repli de 0,5%.

Tanya Agrawal, avec Caroline Valetkevitch, Véronique Tison pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below