Les équipementiers auto se réorganisent pour rester compétitifs

jeudi 23 juillet 2015 18h14
 

par Gilles Guillaume et Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - Un nouveau vent de consolidation souffle depuis un mois sur le monde des équipementiers automobiles, soucieux de réorganiser leurs portefeuilles pour conserver leur avance technologique et rester compétitifs face aux demandes de constructeurs de plus en plus mondialisés.

Le secteur s'est pourtant déjà beaucoup restructuré pendant la crise de 2008-2009, à la fois aux Etats-Unis et en Europe, mais il vient d'entreprendre à nouveau une vaste redistribution des cartes.

Fiat Chrysler étudie ainsi la vente de sa filiale Magneti Marelli, Bosch celle de ses démarreurs, Faurecia explorererait la vente de ses pare-chocs, selon une source proche du dossier, et Johnson Control celle de ses activités automobiles.

A l'inverse, Magna a racheté le spécialiste des transmissions Getrag et Valeo a pris une participation de 10,5% dans l'éclairagiste 3D Aledia.

"Chez les équipementiers, c'est spectaculaire en ce moment, deux à trois par semaine au niveau des annonces", observe Laurent Burelle, PDG de Plastic Omnium, à l'occasion de la présentation jeudi des résultats semestriels du leader mondial des pièces de carrosserie et des réservoirs.

"Il y a un mercato considérable", ajoute-t-il. "La grande caractéristique de l'époque que nous vivons, c'est l'accélération du contenu technologique (...) et les méga plateformes. Il faut avoir des joueurs forts qui aient les moyens humains et financiers de gérer cela."

COURSE AU LEADERSHIP   Suite...

 
Un nouveau vent de consolidation souffle depuis un mois sur le monde des équipementiers automobiles, soucieux de réorganiser leurs portefeuilles pour conserver leur avance technologique et rester compétitifs face aux demandes de constructeurs de plus en plus mondialisés. Le secteur s'est pourtant déjà beaucoup restructuré pendant la crise de 2008-2009, à la fois aux Etats-Unis et en Europe, mais il vient d'entreprendre à nouveau une vaste redistribution des cartes. /Photo d'archives/REUTERS/Babu