Pas de signes d'une accélération de la croissance mondiale

jeudi 23 juillet 2015 17h20
 

par Rahul Karunakar et Ross Finley

(Reuters) - En l'absence de signes d'une accélération de la croissance et de l'inflation à l'échelle mondiale, la plupart des banques centrales continuent de maintenir une politique monétaire accommodante voire de l'assouplir, contrastant avec la Réserve fédérale américaine qui s'apprête à décider d'un relèvement de ses taux directeurs pour la première fois en près d'une décennie.

Le biais reste accommodant de la Chine au Canada dans un contexte de faiblesse de l'économie mondiale à quelques exceptions près comme les Etats-Unis et la Grande-Bretagne malgré des prix du pétrole et des taux d'intérêt à long terme historiquement bas, des marché boursiers et des prix de l'immobilier dans l'ensemble à la hausse.

Des enquêtes conduites par Reuters auprès d'environ 500 économistes à travers le monde montrent une stabilité voire de légères révisions en baisse de leurs prévisions de croissance et des anticipations d'inflation un peu plus faibles dans la plupart des pays.

A l'exception des premiers signes d'inflation salariale aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, où les taux de chômage sont proches de leur niveau au pic du cycle économique, les seules manifestations d'inflation restent circonscrites à quelques pays particuliers sans risque de contagion.

"Dans l'ensemble, il y a peu de signes que l'économie mondiale est prête pour un décollage : les progrès réalisés dans une zone sont compensés par un recul ailleurs, une conséquence probable de la guerre des changes", a relevé Stephen King, économiste en chef chez HSBC.

"En tant que telle, l'économie mondiale demeure dans une situation fragile, mal préparée à faire face à de futurs chocs négatifs."

Les banques centrales ont spectaculairement modifié la tonalité de leur discours au cours de l'année écoulée, des pays scandinaves, à la zone euro en passant par la Chine et même les Etats-Unis, faisant désormais référence explicitement ou non à l'optimisation du taux de change dans la conduite de la politique monétaire.

  Suite...

 
En l'absence de signes d'une accélération de la croissance et de l'inflation à l'échelle mondiale, la plupart des banques centrales continuent de maintenir une politique monétaire accommodante voire de l'assouplir, contrastant avec la Réserve fédérale américaine qui s'apprête à décider d'un relèvement de ses taux directeurs pour la première fois en près d'une décennie. in Washington, July 31, 2013. The U.S. Federal Reserve likely will decide at the end of a policy meeting on Wednesday to continue buying bonds at an $85 billion monthly pace, but it could alter an accompanying statement to spell out the possibility of scaling back purchases later this year. REUTERS/Jonathan Ernst    (UNITED STATES - Tags: POLITICS BUSINESS) - RTX125XL