Roche confirme sa prévision de chiffre d'affaires pour 2015

jeudi 23 juillet 2015 10h55
 

ZURICH (Reuters) - Roche pense avoir encore deux ans devant lui pour développer une gamme de traitements biotechnologiques nouveaux et anciens avant l'offensive des biosimilaires.

Cette stratégie fonctionne pour l'instant, le groupe pharmaceutique suisse ayant annoncé jeudi une hausse de 3% de son chiffre d'affaires semestriel, un peu meilleure que prévu, et confirmé sa prévision de croissance pour l'ensemble de 2015.

Le groupe pharmaceutique profite d'une bonne demande de ses traitements oncologiques, qui permet de compenser la fermeté du franc suisse.

Les investisseurs pensent que Roche pourra conserver sa position de numéro un mondial de l'oncologie grâce à son développement dans l'immunothérapie où il est confronté à des concurrents tels que Merck et Bristol-Myers Squibb.

"Nous avons accompli des progrès significatifs dans le domaine de l’immunothérapie anticancéreuse et avons aujourd’hui plus de quarante programmes de développement clinique à notre actif", a dit le directeur général, Severin Schwan.

Les grands groupes pharmaceutiques classiques tels que Roche sont exposés à la concurrence des copies de traitements biotechnologiques appelées biosimilaires. Roche est également confronté à une nouvelle concurrence à l'encontre de son traitement ophtalmique Lucentis et de son traitement de l'hépatite C Pegasys.

Ses traitements oncologiques les plus recherchés, l'Herceptin, le Rituxan et l'Avastin, sont toujours en croissance mais les deux premiers sont déjà tombés dans le domaine public en Europe, permettant l'entrée sur le marché de biosimilaires.

Toutefois, copier de tels médicaments n'est pas simple et c'est pourquoi Roche ne voit pas des biosimilaires de l'Herceptin et du Rituxan apparaître de sitôt.

"Nous pensons qu'ils arriveront en Europe en 2017 et, au vu de nos dernières informations, sans doute vers la fin de 2017", a déclaré Severin Schwan à la presse jeudi.   Suite...

 
Roche a annoncé jeudi une hausse de 3% de son chiffre d'affaires semestriel et confirmé sa prévision de croissance pour l'ensemble de 2015. Le groupe pharmaceutique a tiré parti de la demande se portant sur ses traitements oncologiques, qui a permis de compenser la fermeté du franc suisse. /Photo d'archives/REUTERS/Michael Buholzer