L'Europe redonne de l'air aux banques grecques, Syriza en crise

jeudi 16 juillet 2015 18h00
 

par Lefteris Karagiannopoulos et George Georgiopoulos

ATHENES (Reuters) - L'Europe a pris jeudi ses premières mesures pour financer une économie grecque à bout de souffle, quelques heures après le feu vert du parlement grec à un programme d'austérité draconien qui a divisé l'alliance de gauche au pouvoir à Athènes et pourrait ouvrir la voie à des élections anticipées dans les mois à venir.

La Banque centrale européenne (BCE) a relevé le montant des liquidités d'urgence accordées aux banques grecques, qui rouvriront lundi, même si le plafonnement des retraits sera sans doute maintenu pour éviter une ruée aux guichets.

Les ministres des Finances de l'Union européenne (Ecofin) ont dans le même temps approuvé l'octroi d'un prêt-relais de 7 milliards d'euros qui permettra à Athènes de rembourser dès lundi prochain une échéance à la BCE et ses arriérés de paiement au Fonds monétaire international (FMI).

Ces décisions seront mises en oeuvre si le Bundestag allemand approuve vendredi l'ouverture de négociations sur un nouveau plan d'aide à la Grèce, le troisième en cinq ans, d'un montant maximum de 86 milliards d'euros et d'une durée de trois ans, validé dans son principe par l'Eurogroupe (ministres des Finances de la zone euro).

Les institutions européennes récompensent ainsi le Premier ministre grec Alexis Tsipras qui a obtenu dans la nuit de mercredi à jeudi un large soutien de la Vouli, le parlement grec, aux réformes réclamées en échange par les créanciers.

Mais le vote laissera des traces en raison de la fronde de plusieurs dizaines d'élus de Syriza, la coalition de gauche radicale au pouvoir, et un remaniement est attendu pour remplacer quatre membres du gouvernement qui se sont rebellés.

Le plan a été approuvé par 229 voix pour, 64 voix contre et six abstentions. Trente-deux des 149 élus de Syriza ont voté "non" à ce nouveau programme d'austérité, dont l'ancien ministre des Finances Yanis Varoufakis. Les six abstentionnistes appartenaient également au parti de gauche.

Tirant les conclusions de ce vote, le ministre grec de l'Intérieur Nikos Voutsis n'a pas exclu que des élections législatives anticipées aient lieu en septembre ou en octobre.   Suite...

 
L'Europe a pris jeudi ses premières mesures pour financer une économie grecque à bout de souffle, quelques heures après le feu vert du parlement grec à un programme d'austérité draconien qui a divisé l'alliance de gauche au pouvoir à Athènes et pourrait ouvrir la voie à des élections anticipées dans les mois à venir.  /Photo prise le 28 juin 2015/REUTERS/Ralph Orlowski -