Accord sur un plan de sortie de crise pour la Grèce

lundi 13 juillet 2015 17h41
 

par Paul Taylor et Renee Maltezou

BRUXELLES (Reuters) - Répétition: bien lire "étranglement" au 10e paragraphe.

Les dirigeants de la zone euro ont conclu lundi un accord unanime sur un plan de sortie de crise qui permet de maintenir la Grèce dans l'union monétaire, au prix pour Athènes de la perte d'une partie de sa souveraineté et d'une nouvelle cure d'austérité.

Après une nuit blanche pour les chefs d'Etat et de gouvernement, un accord de principe a été arraché au petit matin qui "permet à la Grèce de rester dans la zone euro", s'est félicité le président français François Hollande en saluant un "accord historique".

Alexis Tsipras, le Premier ministre grec, s'est dit lui aussi satisfait de l'accord qui l'oblige pourtant à ravaler ses promesses électorales et risque de faire imploser son gouvernement du fait de l'hostilité de certains ministres.

"Clairement l'Europe de l'austérité l'a emporté", a ainsi déclaré le ministre des Réformes Georges Katrougalos à la radio BBC. "Soit nous allons accepter ces mesures draconiennes, soit c'est la mort subite de notre économie du fait de la non-réouverture des banques. C'est donc un accord qui nous est pour ainsi dire imposé".

Les banques grecques, fermées depuis le 29 juin, devraient rouvrir jeudi, ont dit des sources bancaires à l'issue d'une réunion au ministère des Finances à Athènes.

Après cinq mois d'âpres négociations qui ont failli dégénérer à la réunion de l'Eurogroupe ayant précédé le sommet de dimanche à Bruxelles, un échec aurait acculé Athènes à la faillite et plongé la zone euro dans l'inconnu.

"L'accord a été laborieux mais il a été conclu. Il n'y a pas de Grexit", a annoncé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à l'issue des 17 heures de tractations.   Suite...

 
Alexis Tsipras et le ministre des Finances grec Euclid Tsakalotos à Bruxelles. Les dirigeants de la zone euro ont adopté lundi matin au terme de près de 48 heures de négociations un plan de sortie de crise pour maintenir la Grèce au sein de l'union monétaire à condition qu'elle mette en oeuvre immédiatement un douloureux plan de réformes. /Photo prise le 13 juillet 2015/REUTERS/Eric Vidal