Les Grecs défient l'Europe en votant massivement "non"

lundi 6 juillet 2015 07h06
 

par Karolina Tagaris et Lefteris Papadimas

ATHENES (Reuters) - Les Grecs ont défié l'Europe dimanche en votant massivement en faveur du "non" aux propositions des créanciers internationaux d'Athènes lors d'un référendum dont le résultat pose la question du maintien de leur pays dans la zone euro et accentue le fossé avec les "institutions".

Selon les résultats définitifs fournis par le ministère grec de l'Intérieur, le "non" l'emporte avec 61,31% face au "oui" crédité de 38,69%. Selon un sondage diffusé par la chaîne de télévision Antenna TV, 67% des bulletins de vote "non" ont été glissés par des jeunes de la tranche 18-34 ans.

La totalité des districts électoraux ont majoritairement voté en faveur du "non", sans exception. Cette victoire étonnamment nette a déjoué les récents sondages qui prévoyaient une issue beaucoup plus serrée.

Des milliers d'Athéniens, brandissant des drapeaux, se sont rassemblés sur la place Syntagma, devant le parlement, dans le centre de la capitale pour célébrer un rejet des propositions européennes auquel le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis avait lié son sort.

"Je suis sans travail depuis près de quatre ans et je me disais qu'il fallait être patiente", a témoigné pour sa part une électrice de 43 ans, Eleni Deligainni, qui déclare avoir voté "non". "Mais j'en ai eu assez des privations et du chômage."

"Vous avez fait un choix très courageux", a déclaré le Premier ministre Alexis Tsipras dans une allocution télévisée. "Le mandat que vous m'avez confié n'est pas un mandat de rupture avec l'Europe mais un mandat qui renforce notre position de négociation afin de chercher une solution viable."

Le chef du gouvernement a rencontré dans la soirée le président Prokopis Pavlopoulos et lui a demandé de convoquer une réunion des dirigeants des différentes formations politiques afin de constituer "un front national fort" dans les négociations à venir.

Ce résultat ouvre une nouvelle période d'incertitude en Grèce après une semaine marquée par la fermeture des banques et la limitation du montant des retraits d'argent, destinées à éviter un effondrement du système financier grec.   Suite...

 
A 61,31%, les Grecs ont voté "non" dimanche aux propositions des créanciers internationaux d'Athènes lors d'un référendum dont le résultat pose la question du maintien de leur pays dans la zone euro et accentue le fossé avec les "institutions". /Photo prise le 5 juillet 2015/REUTERS/Dimitris Michalakis