Euronext prudent sur les IPO, ambitieux sur la Chine

vendredi 3 juillet 2015 23h10
 

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Leigh Thomas

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) (Reuters) - Euronext se montre prudent sur les introductions en Bourse (IPO) en deuxième moitié d'année en raison de la crise grecque, et l'opérateur boursier se veut ambitieux vis-à-vis de la Chine où il est indispensable d'être présent, a déclaré vendredi à Reuters Anthony Attia, PDG d'Euronext Paris.

La Chine vient de signer cette semaine de très nombreux contrats avec les entreprises françaises à l'occasion de la visite du Premier ministre chinois Li Keqiang en France.

Désireux de faciliter les transactions internationales des entreprises européennes et chinoises, Euronext a annoncé la signature d'un protocole d'accord avec la banque chinoise ICBC China Ltd ainsi qu'un autre avec la Chinese Construction Bank (CCB) pour développer l'accès aux marchés de capitaux européens.

"Il est indispensable d'être présent en Chine. Chez Euronext, on doit sélectionner nos axes stratégiques en dehors de l'Europe. Le grand enjeu c'est d'être le "hub" du renminbi en Europe. A Paris, on veut favoriser les émissions en renminbi", a dit à Reuters Anthony Attia en marge des rencontres économiques d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).

Sur Euronext, les montants levés en renminbi par les entreprises internationales se sont élevés à 2,5 milliards en 2014 et se sont nettement accélérés cette année pour atteindre déjà 5,25 milliards au premier semestre 2015.

ATTIRER LES CHINOIS SUR LES BONS PRODUITS

"Il faut attirer les investisseurs chinois, il faut arriver à les attirer sur les bons produits. Il s'agit d'une stratégie de place dans laquelle s'inscrit Euronext", a précisé Anthony Attia.   Suite...

 
Euronext se montre prudent sur les introductions en Bourse (IPO) en deuxième moitié d'année en raison de la crise grecque, et l'opérateur boursier se veut ambitieux vis-à-vis de la Chine où il est indispensable d'être présent, estime Anthony Attia, PDG d'Euronext Paris. Désireux de faciliter les transactions internationales des entreprises européennes et chinoises, Euronext a notamment signé un protocole d'accord avec la banque chinoise ICBC China. /Photo d'archives/REUTERS/Jason Lee