Légère accélération de la croissance dans le privé en Europe

vendredi 3 juillet 2015 11h05
 

PARIS/LONDRES/BERLIN (Reuters) - Le secteur privé en Europe a connu en juin son rythme de croissance le plus élevé en quatre ans, les mesures de soutien mises en place depuis mars par la Banque centrale européenne (BCE) reléguant au second plan les craintes d'une sortie de la Grèce de la monnaie unique.

En situation de défaut de paiement vis-à-vis du Fonds monétaire international (FMI) depuis trois jours, la Grèce organise dimanche un référendum dont le résultat est susceptible de décider du sort d'Athènes au sein de l'Union économique et monétaire.

Mais le secteur des services semble ne pas avoir été affecté par les craintes des conséquences d'un éventuel "Grexit", le bas niveau de l'inflation et les dizaines de milliards d'euros dépensés chaque mois par la BCE pour racheter des actifs obligataires incitant apparemment ménages et entreprises à consommer davantage.

L'indice PMI des services ressort à 54,4, au plus haut depuis mai 2011, contre 53,8 en mai. L'indice PMI composite, qui regroupe le secteur des services et celui de l'industrie manufacturière, s'est établi à 54,2, également un pic de quatre ans et un mois, après 53,6 en mai et une première estimation de 54,1 publiée le mois dernier.

Ce dernier se situe au-dessus de la barre des 50 séparant croissance et contraction depuis deux ans.

"Malgré l'aggravation de la crise grecque au cours de la seconde partie du mois, l'indice PMI final pour juin est légèrement supérieur à l'estimation 'flash', ce qui suggère que les turbulences ont, à ce stade, eu peu d'impact sur l'économie réelle", a déclaré Chris Williamson, économiste en chef chez Markit.

Ceci étant dit, comme c'est le cas depuis le début de l'année 2012, les entreprises ont continué de baisser leurs prix, avec un composante en la matière à 49,4 contre 49,5 en mai.

Pour faire face à la demande, le secteur des services a continué d'embaucher, au vu d'une composante emploi de 52,2 contre 52,6 en mai, niveau qui était un plus haut depuis 2010.

Selon Markit, les données définitives du mois de juin laissent entrevoir une croissance de 0,4% sur le deuxième trimestre dans la zone euro.   Suite...

 
Le secteur privé en Europe a connu en juin son rythme de croissance le plus élevé en quatre ans, les mesures de soutien mises en place depuis mars par la Banque centrale européenne (BCE) reléguant au second plan les craintes d'une sortie de la Grèce de la monnaie unique. /Photo d'archives/REUTERS/Thomas Peter